Il faudrait que vous me disiez si ça fonctionne de chez vous ce truc là. J'ai bricolé un peu mais je suis pas sûre ...

Au travers de mes écrits, je décèle quand même une forte propension à ne pas montrer de défauts. En me relisant quelquefois j'ai l'impression d'être une femme parfaite et pourtant...pourtant tout ce que je relate est vrai, je ne fausse pas les situations mais alors où sont-ils ces défauts ? Ai-je oublié volontairement tout ce que j'ai fait de mal dans ma vie pour ne retenir que ce qui pourrait me faire avancer ? Bien sûr que j'ai des défauts et si on me demandait de les énumérer, je ne suis pourtant pas sûre d'être réellement objective et peut-être que cela fait peur aussi parce qu'on se retrouve face à soi-même et peut-être aussi face à un boulot important et dérangeant.

Défaut es-tu là ? Oui bien sûr que j'y suis.

Je suis quelquefois très fainéante....il m'arrive de "gruncher" une journée entière sans avoir envie de sortir, de voir du monde. J'ai simplement l'envie de rester chez moi, tranquille et faire ce que je veux sans m'habiller ni me maquiller.

Je n'aime pas faire le ménage sauf si je peux mettre la musique à fond. Cependant, je suis bien obligée de me forcer. J'ai le repassage en horreur mais là aussi, il faut bien le faire. Alors je m'installe confortablement devant la télé et là je suis prête à repasser même les gants de toilette et les mouchoirs en papier ;-). J'ai horreur de faire mes comptes alors que je suis une comptable hors pair dans mon entreprise... et les paperasses m'agacent, d'ailleurs il va sérieusement falloir que je m'y mette.

Mais, il me semble que je ne touche pas le fond du problème. En effet, je m'aperçois que ces défauts sont finalement superficiels et facilement identifiables. Ils sont visuels. Alors où sont les autres ? Il faut peut-être fouiller un peu...

Je suis timide ... ça c'est un défaut non ? Je suis réductrice... ça c'est mon chef de la com interne qui me l'avait dit. Je n'ose pas...je ne sais pas m'affirmer en ayant toujours peur que mes idées soient saugrenues, alors je ne les dit pas. Je n'ose pas !!! celui-là c'est le pire. La peur de quoi ? De déplaire, de passer pour une bille ? Lors de grandes réunions en amphi, je me dis, si j'ai une question il faudra que je la pose...il faut lever le doigt et attendre qu'on t'amène un micro et là tu causes...Je n'ai jamais fait ça...j'attends toujours que quelqu'un pose la question à ma place ou je me dis que finalement c'est pas grave, la réponse ne revêtait pas une très grande importance pour moi. En fait , j'ai la sensation de ne pas avoir grandi. Je vois certaines femmes de mon âge avec un sérieux et un aplomb que j'admire et je me sens toute petite à côté. Qu'est-ce que je n'ai pas ? Comment, elles, me perçoivent-elles ? Depuis quelques temps j'essaie d'oser plus souvent, de me montrer telle que je suis et pas comme je voudrais qu'on me voie, ce n'est pas facile tous les jours mais je me fais violence. Cela n'empêche pas cette sensation de ne jamais vouloir prendre LA décision ou imposer MA vision des choses et tenir mordicus face aux critiques. J'ai l'impression que je ne prends plus la vie au sérieux, tout me parait anodin  et toutes ces personnes qui prennent un air hautain et sérieux pour parler de sujets somme toute banals, ça m'interpelle. Suis-je normale ? Ai-je un vécu si dévastateur que quelques millions d'euros d'écarts sur un compte 408 ne me font plus flipper ? Il y a encore quelques années, certains travaux non faits me faisaient angoisser. Aujoud'hui, je ne ressens jamais aucune angoisse quel que soit le problème professionnel. Seul une masse de travail énorme me fait angoisser, stresser et c'est là que je n'avance plus. Alors je pose tout, je prends du recul, je m'organise un peu pour atténuer ce stress.

J'ai l'impression aussi de n'avoir aucune profondeur...ça veut dire quoi ? J'ai l'impression de rester en surface même si je ressens profondément les choses. En fait suis-je en train de parler de maîtrise de moi, de mes sentiments. Je crois que je maîtrise trop, je frêne en permanence sur tout. Je laisse volontairement de côté des relations amicales même si elles me sont chères. J'ai peur d'être envahie, de devoir trop me partager et je n'en ai plus envie. L'amitié ne doit pas devenir une contrainte. Elle se vit sur des mois, des années mais il est vrai que j'ai volontairement peu d'amis. Lors de conversations téléphoniques avec certains, et si cette conversation est profonde et authentique, j'en ressors totalement vidée.

Je crois en fait que je ne sais pas aimer parce que je ne sais pas dire je t'aime. Je n'ose pas... Bien sûr, les années passant, je déploies un peu plus en avant mon vocabulaire amical ou amoureux mais ce n'est pas dans mon éducation. Dans ma plus tendre enfance, je n'ai jamais entendu de mots d'amour autour de moi alors je les connais mal et je les emploie mal. Pour moi, s'engager dans une conversation profonde qui remue les tripes, ça me perturbe, alors j'évite. C'est peut-être une question d'habitude. J'ai la larme trop facile comme pour le "petit vieux" que je raconte dans l'un de mes messages. En fait au plus je suis seule et au plus j'ai envie d'être seule. Peut-être pour éviter le relationnel avec l'autre, cette réflexion permanente du "que dire ? que faire ? ou à l'inverse "ne pas dire" ou "ne pas faire".
Organiser, ordonner...ça non plus, ce n'est pas ma tasse de thé et pourtant ça me manque terriblement. Je ne suis jamais sûre du comment organiser et je ne suis jamais sûre des ordres que je pourrais donner. Terrible comme constat !! Le travail que je réalise sur moi aujourd'hui et même à travers ce blog est de me montrer telle que je suis. On m'aimera ou pas, on me critiquera ou pas...il faut que cela n'ait plus d'importance. Ce besoin de plaire ... me déplait. Je ne m'en sortirais que lorsque j'aurais des ennemis...cela signifiera que je ne me plis pas, que je ne me plis plus... 

Bon ça suffira pour aujourd'hui, il faudra que j'aille un peu plus profond...y a pas mal de trucs à remuer là-dedans...

La machine à laver que ma fille vient de mettre en route lorsque nous sommes rentrées (à 2 h)  n'a pas fini de tourner et il faut que j'attende pour mettre le tout au sèche-linge. Je vais en profiter pour chercher une petite musique... elle vous plait ou pas... je m'en f... ;-))) C'est bien non ? je progresse ? ;-))

J'ai trouvé, Queen Bohemian Rapsody (Je suis fan depuis toujours de Freddie Mercury). Dommage que l'on ne puisse pas charger des fichiers de plus de 1 Mo, je devrais me contenter du .mid ... A quand la possibilité de charger des MP3 ? Je vais demander à Tristana de faire une belle lettre au webmaster ... faudrait voir à ce que ça change !!

Bon, la machine vient de s'arrêter, je vais enfin pouvoir retrouver ma couette ...