Vie de femme

08 avril 2012

Hommes femmes

homme-femme-2Je pense qu'il existe des différences fondamentales entre les hommes et les femmes. N'en déplaise à certains. De par ma grande expérience, je ne suis plus toute jeune, j'ai pu noter certains écarts dans notre fonctionnement. 
Les femmes sont capables de gérer plusieurs choses à la fois, peut-être par habitude lorsqu'elles ont des enfants. Tout doit se passer dans le moindre espace temps possible. Elles pensent donc à mettre la machine à laver en route car pendant le temps où la machine tourne elle peuvent mettre l'eau à chauffer et pendant que l'eau des pates ou des légumes chauffe, elles mettent les enfants au bain.  S'ils sont grands, elle retourne à la cuisine pour préparer le repas. Lorsqu'ils sont couchés elle peut étendre sa machine. Toutes ces minutes cumulées sont une méthode que les femmes appliquent sans se rendre compte qu'il s'agit de la méthode PERT. Je ne m'étendrais pas sur cette méthode qui permets de gérer les différentes tâches d'un projet en parallèle. Et ce qui est énervant c'est que ce sont souvent des hommes qui pondent des beaux discours sur la gestion du temps au travail. Il n'est pas utile de planifier une tâche qui vous prend quelques minutes et pourtant on nous demande de le faire. Et bien je ne le fais pas et quand j'ai cinq minutes j'effectue la tâche que j'ai noté sur un post'it... 

Une autre différence est que les femmes tranchent net pendant que les hommes déchirent. Je l'ai souvent constaté avec mes relations. Un homme dit rarement que c'est fini (sauf Hervé Villard dans Capri peut-être...). Il laisse la femme à ses pensées, à ses demandes en espérant que d'elle même elle tranchera une situation devenue insupportable car à sens unique. On dit que les femmes sont chiantes à toujours quémender mais c'est aussi parce qu'elles n'ont pas ce qu'elles attendent jusqu'au jour où elles tranchent car incomprises et ridiculisées. Et là, l'homme ne comprend pas... "je ne comprends pas, elle avait tout pour être heureuse...- sauf ce qu'elle te demandait parce que tu ne lui donnais plus...". Messieurs, soyez attentifs aux demandes de vos dames car un jour, à trop demander, elles se fertont servir par d'autres...

Il en existe bien d'autres peut-être liées à notre éducation judéo chrétienne où la femme est longtemps restée dans l'ombre de l'homme ou simplement lié à nos différences génétiques car si une différence physique est visible, il existe aussi une différence de pensée, de sensibilité, d'attention, de partage, de don de soi. Aujourd'hui, il est agréable de voir que des hommes ont compris et accepte la femme en tant que leur égale mais la route est encore longue. 

 

Posté par Christine_ à 18:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


04 avril 2012

L'amitié...

baragesL’amitié telle que je la conçois est un ilot de partages. Elle est ce qui relie deux êtres en mariant leurs différences ou leurs ressemblances.

L'amitié de W s’apparente à un barrage, d’un côté il déborde et de l’autre il distille le débit nécessaire mais surtout juste suffisant, sans trop ni pas assez.

Ce lac existe pourtant, je l’ai vu, je l’ai senti, je m’y suis baignée, mais je n’ai pas réussi en en ouvrir tout grand les vannes. Une felure profonde et grave de la digue a fait que la réparation a pris du temps et que le barrage n’en est devenu que plus solide. Un os ne se fracture jamais deux fois au même endroit dit-on, il en va de même pour ce barrage, il tiendra jusqu’au bout et ne cèdera plus.

Moi pauvre humaine asséchée d’amitié, ma santé dépend pourtant de ce que contient ce lac et quand les vannes s’ouvrent, c’est comme une averse de bien-être qui m’inonde comme elle submerge une nature arride, avide de cette eau claire et bienfaisante. Il n’est pas nécessaire qu’elles s’ouvrent souvent, le moindre filet d’eau est un cadeau que j’attends…

Je n’ai pas aperçu ce lac depuis longtemps, l’eau se fait rare mais il est là, grouillant de vie. Il se déverse ça et là de temps en temps mais il se protège car c’est une eau rarissime et convoitée. J’ai juste envie de boire à m’en asphyxier cette eau bienfaisante. 

Posté par Christine_ à 20:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 mars 2012

Signes...?

p10-169-wallpaper-nuagesIl y a des jours comme ça où les évènements se bousculent, s'enchaînent, s'accumulent sans qu'on ne sache pourquoi. Cette semaine a été pour moi l'un de ces moments exceptionnels. 

Il y a dejà quelques années j'avais flashé sur un fumeur de mon entreprise depuis que nous étions relégués au rang de pestiférés et envoyés dehors pour fumer. Il était alors assez souvent dehors aux même heures que moi mais, en dehors de se dire bonjour et de se demander mutuellement du feu, il n'y avait aucun échange. Cet homme avait beaucoup de charme, un très agréable sourire et de beaux yeux bleux très malicieux. J'ai craqué mais sans jamais le montrer. Je me contentais d'apprécier les moments où il partageait notre  pataugeoire à fumeurs. Pourtant, un jour, avec l'aide d'une amie qui s'encquit de son identité, je lui envoyais un mail anonyme auquel il répondit. Je lui expliquais qu'il m'était agréable de le croiser que ce fut dans notre pelouse ou au resto d'entreprise. Il me répondit très poliment, curieux probablement de cette femme anonyme osant l'interpeller. Il m'avoua être en couple depuis quelques années et ce fut la fin de nos échanges. Cependant, il m'anonçait qu'il quittait ce site pour en rejoindre un autre et je fus assez idiote pour lui donner mon identité sachant qu'on ne se croiserait probablement plus. Bien mal m'en pris, car aussitôt déménagé sur le nouveau site, il revenait quelques mois plus tard suite à un réaménagement de son service. Je lui envoyais un dernier mail, lui indiquant combien la situation me mettais mal à l'aise et nous nous contentames de nous sourire de temps en temps au resto. Nous ne fumions plus au même endroit. 

Cette semaine donc, j'étais tranquillement assise à mon bureau, lorsque mon responsable vint me chercher afin que je lui installe une application Access que j'avais créée pour y faire des recherches diverses et variées. Je l'accompagnais jusqu'à une petite salle de réunion et là...assis derrière une table, mon fumeur préféré était là, avec son regard malicieux. Je lui serrais la main poliment avec un sourire qu'il reconnut probablement comme une complicité non dévoilable entre nous. J'installais la base, génée de sentir son regard sur moi. Nous échangeâmes quelques banalités sur Access puis je repartis très vite à mon bureau. Lorsqu'il sorti, il passa devant moi et se retourna, comme s'il me cherchait, pour m'adresser encore un grand sourire et une "bonne journée"... Oui, je sens qu'elle va être bonne celle-ci... 

La journée avançant, j'avais complètement oublié cet évènement. Il se faisait déjà tard et je devais partir lorsque je reçus un mail éclairé en bleu. C'est la couleur que j'ai réservée à W, l'homme que j'apprécie le plus, l'ami, le confident et bien d'autre chose encore pour moi. Il me demande si je suis libre ce soir ou demain. Il faut dire que notre relation a évolué dans un sens que jamais je n'aurais espéré. Je panique... ai-je quelque chose de prévu ce soir ? Mon frère, il m'a dit qu'il passerait peut-être...Pffffff toujours peut-être, et s'il ne passait pas. Je l'appelle pour lui dire que j'ai un empêchement et je m'empresse de répondre au mail de W en lui disant que je suis effectivement libre ce soir mais pas demain. Je lui envoie également un SMS en lui précisant de passer à 20 h, cela me laissera le temps de me rafraichir un peu le corps et les idées. La soirée fut à la hauteur de mes espérances et même plus. Ce fut une très belle soirée...

La semaine avançant, j'étais de sorti avec mes mamies au casino. Je reconnu alors, tourné vers une machine le beau-frère de mon ancien compagnon d'il y a quelques années, Jo, dont je crois avoir parlé dans les lignes de ce blog. C'était ma première relation après mon divorce, j'avais alors 33 ans. Derrière l'homme en question, se trouvait un autre homme rondouillard qui me fixait en souriant. Je reconnu alors Jo. Il a beaucoup grossi mais le regard était le même. J'eu quand même du mal à voir en lui l'homme si beau que j'ai aimé passionément. Nous échangeâmes quelques banalités et je m'aperçus rapidement que je n'avais rien à lui dire et rien à lui demander. Sa santé et tout le reste m'était complètement indifférent. Je laissais donc maman à sa machine à sous et je sortis rapidement fumer non sans l'avoir saluer en lui souhaitant une bonne fin de journée. 

Quand même, c'est bizarre ces rencontres qui se cumulent dans un casi même instant alors qu'elles concernent des évènements s'étalant sur plusieurs années. Un condensé explosif des hommes que j'ai appréciés ou que j'ai aimé réunis dans un mouchoir de poche... Est-ce un message du destin ? Est-ce un signe divin ? Il faudrait alors m'en dire un peu plus svp car je ne vois pas vraiment de réponse à celà si ce n'est que ma soirée avec W reste le fait marqué à l'indélébile et que rien ne pourra me tirer vers une autre voie que la sienne pour le moment... Alors inutile de m'envoyer encore des épreuves idiotes vous là haut qui que vous soyez ! :) 

Drôle d'impression de voir quand même plusieurs moments de sa vie défiler comme si j'allais mourir bientôt... Qui sait...Perso je ne le saurais pas car celui qui s'en va est bien le dernier à se rendre compte qu'il est parti... 

Posté par Christine_ à 15:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 février 2012

Vous avez plus de 50 ans et…

Vous avez réussi à atteindre l’ovule ce qui est déjà en soi un exploit vu le nombre de spermatozoïdes que vous avez du affronter !
Vous avez réussi à aller à la maternelle à pied chaque jour vos parents n’ayant pas de voiture !
Vous avez réussi à aller au CP et à apprendre à lire et à écrire sans la méthode globale !
Vous avez réussi à apprendre les mathématiques sans calculatrice électronique et sans ordinateur !
Vous vous êtes forgé une belle écriture sans stylo bic avec simplement une plume et un encrier !
Vous avez réussi à vous occuper sans télévision ou avec une seule chaîne en noir et blanc !
Vous avez réussi à jouer sans ordinateur (foot, criquet, ballon, sauts à la corde, à l’élastique, ballades, jeu de l’oie et des petits chevaux, monopoly formule cartonnée…)
Vous vous êtes cassé la figure des centaines de fois sans que vos parents ne portent plainte contre la municipalité !
Vous vous êtes fait pincer les joues et disputer par vos professeurs puis par vos parents en rentrant qui donnaient toujours raisons au Maître !
Vous vous êtes nourris sans Mac Do !
Vous avez porté un cartable de plus de 10 kilos sans vous plaindre !
Vous avez marché beaucoup à pied, les voitures étant réservées à l’élite et non à vos parents !
Vous avez réussi à faire fonctionner une cabine téléphonique avec de la monnaie !
Vous avez réussi à avoir des amis sans face book !
Vous avez discuté et échangé avec vos amis sans mobile ou iphone ou msn !
Vous avez trouvé du travail en écrivant vos CV et lettres de motivation à la main
Vous avez commencé à travailler sans ordinateur, avec un stylo et du papier !
Vous avez rencontré votre moitié sans meetic !
Vous vous êtes marié sans essai préalable en concubinage !
Vous avez fait des enfants sans péridurale !
Vous avez évolué sans internet !  

url

 

 

 

 

 

Vous êtes un héro !!!

Posté par Christine_ à 00:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2012

Ma petite entreprise...

Depuis longtemps j'avais envie d'entreprendre, de créer. C'est la nature du gémeaux je crois même si je ne suis pas une fan des horoscopes. Alors j'ai décidé de mettre mes compétences au service des employés de mon secteur. Je me suis renseignée sur le statut d'autoentrepreneur et je me suis lancée. Pas de risques majeurs si ce n'est celui de ne pas trouver de client.

Je m'aperçois qu'il est difficile de se vendre malgré ma formation en communication. J'ai fait une première tentative en envoyant une dizaine de lettres aux mairies de ma région mais sans succès.

Je propose mes services en bureautique. Je m'aperçois au sein même de ma société, pourtant énorme, que des centaines de personnes perdent un temps fou dans la gestion de leurs fichiers sur Excel alors qu'en s'organisant un peu avec les outils disponibles, elles pourraient gagner des journées entières de travail. Mais comment faire passer ce message ? Je n'ai pas le droit en tant qu'autoentrepreneur de ne travailler que pour ma société. Il suffirait pourtant que je ne trouve qu'un seul client extérieur. Je vais écrire encore des lettres aux entreprises et artisans. Peut-être que cela réussira mieux. 

Je suis un peu déçue quand même de n'avoir aucune réponse des mairies quand je vois le manque d'organisation notamment au niveau des listes eléctorales. Lors des primaires ce fut un réel fiasco. Pour ma seule commune, 3500 habitants, nous avions 4 listes différentes en 2 morceaux chacune. Certaines personnes étaient absentes alors qu'elle avait une carte, notamment les nouveaux inscrits...

Faut-il compléter le courrier par un coup de fil ? J'aurais besoin d'un vendeur pour ça lol. Le marketing n'est pas mon fort surtout s'il s'agit de me marketer moi-même...

L'avenir nous dira, j'ai encore quelques mois devant moi pour agir. 

Posté par Christine_ à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


17 avril 2011

Vaches à lait ruminantes...

1001413_vaches_298x224J'ai appris que la CSG créée en 90 rapportait plus à l'état que l'impôt sur le revenu. On dit aussi que le déficit de la sécu est toujours catastrophique. On nous prend pour des cons et personne ne bouge, personne ne se demande où passe tout ce pognon ? On nous rabat les oreilles avec le port du voile (2000 personnes en France) et d'autres sujets de même acabit, pourquoi ? Ca me rappelle lorsqu'on dit à une personne "Ohhhhhhhh regarde là-bas, et pendant qu'elle tourne la tête on lui fait les poches". 

Arrêtons de regarder là où on nous amène et restons vigilants et combatant. 

Il y a encore quelques années, l'état entretenait pendant un an des jeunes bidasses de 18 ans, depuis l'armée obligatoire a été supprimée...Mais où est donc passée l'économie réalisée ? 

On nous serine les oreilles avec le déficit de la France, qu'il faut donner encore plus, mais pourquoi ? Pour continuer à supprimer des postes de fonctionnaires ? Dans les hopitaux, gendarmerie, police et tribunaux ? Et ensuite porter plainte parce que la police ou l'hopital a mal fait son travail ? Les français ne sont donc bons qu'a prendre des avocats pour tout et n'importe quoi ? Vous ne voyez donc pas ce qu'il se passe ? Les riches continuent à s'enrichir pendant que les autres galèrent un peu plus chaque mois pour le boucler... 

Les banques devraient être nationalisées. Il est anormal qu'on se laisse plumer par des banquiers avident d'argent pour leur actionnaires... pendant qu'on rame  pour arriver à s'en sortir... 

INDIGNONS-NOUS !!! INDIGNEZ-VOUS !!! et lisez le livre du même nom de Stephane HESSEL

"S'il est une qualité qui fonde l'humain, nous dit ici ce « jeune homme » de 92 ans, poète à ses heures inactives, c'est bien sa faculté d'indignation.

Tout en retraçant l'émergence, dans la fin des années trente, sous l'influence de Jean-Paul Sartre, de son propre engagement, et s'il reconnaît que résister, hier, était peutêtre « plus simple » qu'aujourd'hui, il dégage dans ce réquisitoire enthousiaste quelques « raisons évidentes, tout près de nous », de s'indigner : les sans papiers qu'on renvoie, le fossé qui se creuse entre très riches et très pauvres et, plus loin, le « crime contre l'humanité » perpétré dans la bande de Gaza par Israël.
« Si vous cherchez un peu, vous allez trouver..."

Sinon, je vais bien merci ;)))

Posté par Christine_ à 15:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 mars 2011

Lui

 

main_livreAu tout début de sa vie, il était comme tous les bébés. Il dormait, mangeait, pleurait. En grandissant, il était de plus en plus attentif à tout ce qui l’entourait. A l’âge de deux ans, il posait déjà beaucoup de questions à ses parents qui n’en pouvaient plus de ne pas toujours avoir les réponses. Alors, voyant que les adultes ne suffisaient plus à assouvir sa faim de connaissance, il commença à dévorer des pages de livres, puis les livres entiers. Il fit aussi des études brillantes qui complétèrent cette soif de savoir. Cette nourriture bénéfique le fit grandir plus vite que les autres. Si bien que très vite, il fut tellement grand qu’il ne pouvait plus communiquer avec ses amis du même âge. Seuls quelques nantis de sagesse et d’intelligence, parvenaient à attirer son attention car ils lui apportaient une autre nourriture dont il était friand, en dehors des pages de ses livres, la spontanéité, la colère, la rébellion, la franchise, l’implication, la lucidité.

Alors il laissa de côté tous ceux qu’il abhorrait. L’humain étant ce qu’il est, il se retrouva très vite seul. Comme il continuait à dévorer les livres de scientifiques et de philosophes, il grandissait encore, s’éloignant de plus en plus du commun des mortels. Ainsi, il avait la connaissance, les sciences, tout ce qui permet à un homme de s’élever. Mais cela ne suffit pas. Il faut savoir utiliser cette connaissance. La culture n’est pas synonyme de rationalité ou d’intelligence et très vite, il sut reconnaître, parmi des hommes, pensant être aussi grand que lui, des imposteurs, près à insuffler le mensonge auprès des naïfs. Sa colère fut grande car ces  charlatans, sachant porter la bonne parole, étaient souvent portés en triomphe par les ignorants, recevant même des prix pour leurs écrits. Mais lorsqu’on est ignorant, inculte et illettré, il est difficile de croire que des escrocs instruits se groupent pour diriger l’humanité toute entière, faire avaler des couleuvres à une population d’individualistes en leur apportant ce qu’ils veulent entendre, est chose aisée. Il vit dans la colère car lui il sait, lui il comprend ce qu’il se passe, lui il sait reconnaître ces menteurs.

Un jour j’ai croisé la route de cet homme. Il est descendu jusqu’à moi sans que je ne sache réellement pourquoi. C’est alors que je me suis aperçue que je n’étais rien parce que je ne savais rien, je ne comprenais rien. Il m’a révélée à moi-même ce que j’étais et dans quelle humanité je vivais.

Un soir, il m’a apporté un peu de sa nourriture, quelques pages d’un livre que j’ai dévoré avec délectation. Puis, un autre et encore un autre. Cette nourriture était nouvelle pour moi mais très vite j’ai pris un plaisir intense à m’en alimenter au point qu’elle est devenue une drogue dont je ne pourrais plus me passer aujourd’hui. J’ai l’impression de m’élever un peu plus chaque fois qu’une page se tourne pour en découvrir une autre, nouvelle, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’à regret  il n’y en ait plus. Alors je n’ai qu’une seule envie, qu’un seul désir intense, dévorer un autre livre pour ne pas ressentir cette sensation de manque affreuse lorsque je n’ai plus de livre chez moi. Il arrive même que je me sente obligée de sortir pour aller en acheter un. Depuis que j’ai ressenti cela, j’essaie d’avoir plusieurs livres d’avance afin de ne jamais en manquer.

Je le remercie pour cela et pour tout le reste et surtout pour l’amitié qu’il m’a donnée et me donne encore car il n’est qu’une fois dans sa vie où l’on croise des personnes telles que lui qui, sans qu’elles le sachent vraiment, vous apporte beaucoup plus que ce qu’elles peuvent imaginer. Elles vous aident à grimper sur les poils du lapin…

Je l’aime pour tout cela et bien plus encore. Et même si nos routes se croisent très rarement, à mon plus grand regret, il n’est pas un jour sans que je ne pense à lui et à ce qu’il m’apporte encore aujourd’hui.

        

Posté par Christine_ à 12:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2011

"Le souffle des Dieux"... laisse tomber, je suis athée...

Image1Lorsque je vais dans une bibliothèque, je prends généralement plusieurs livres au hasard dans les étagères. Romans, philosophie, sciences fiction... Je lis le résumé, quelques mots de la première page et si l'écriture me plait, si j'ai envie de continuer, je prends le livre.

C'est comme ça que j'ai pris "Le souffle des Dieux" de Werber. Etonnant pour une personne agnostique plutot athée comme moi. En fait il s'agit de philosophie/fiction comme le dit lui-même l'auteur. C'est une aventure originale où une centaines de nouveaux Dieux jouent sur une terre n°18 sur laquelle vivent des peuples. Chaque nouveau Dieu est le gérant de l'un de ces peuples. Ils assistent à des cours donnés par des Dieux comme Promethée, Atlas et d'autres, puis entâment un jeu qui consiste à faire gagner leur peuple sur les 90 existants. Mais la victoire d'un peuple n'est pas toujours où l'on croit qu'elle est.

A dire comme celà, ça parait un peu surfait mais l'auteur entre dans une description politique, sociologique et économique de ce qui s'était passé sur terre 1, notre terre. C'est soufflant de réalité avec notre actualité. C'est aussi historique car il est fait mention par exemple de Louis XVI et de sa triste destinée à cause d'un peuple qui n'a pas compris ce que ce roi avait mis en place pour détroner les nobles mais qui par ailleurs s'est mis à adorer un empereur dont la seule ambition était de gagner des guerres et par là même mener à la mort un grand nombre de soldats. 

Moi qui pensait très vite abandonner ce livre, je me surprends à le dévorer chaque soir, durant cette heure délicieuse pour moi, mon heure de lecture avant de m'endormir.

Il faudra que je fasse une petite liste de tous les livres qui s'entassent dans ma chambre, sur les étagères, sur la table de nuit ... certains que j'ai beaucoup appréciés et d'autres dont j'ai presque oublié les avoir lus.

Posté par Christine_ à 18:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2011

Vous avez dit procrastination ?

Il y a déjà quelques années, un nouveau mot entendu au hasard d'une onde radio m'a interpellée. Ce mot est procrastination. D'abord parce qu'il est d'une laideur repoussante lorsqu'on l'entend prononcé et puis parce que j'ai eu l'impression de lui ressembler. La définition qui en était donnée me rappelait quelqu'un.

"La procrastination est la tendance pathologique à remettre systématiquement au lendemain quelques actions (qu’elles soient limitées à un domaine précis de la vie quotidienne ou non). Le « retardataire chronique », appelé procrastinateur, n’arrive pas à se « mettre au travail », surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate."

Tendance pathologique ??malade donc ? Pourtant je n'avais pas l'impression d'être malade, simplement "retardataire chronique" et "remise au lendemain" assez souvent...perfectionniste aussi.

Et voilà que je suis malade ce qui signifie que je pourrais me faire soigner. Moi qui prenait ça pour de la fainéantise ! ouf ! je suis rassurée. Je peux donc continuer à être malade si je le souhaite puisque je ne suis pas responsable au final de cet état de fait. Pourtant lorsque je suis à mon bureau et que je travaille pour l'entreprise qui me paie, je ne suis plus "procrastinateuse" sauf pour l'heure d'arrivée ;). Je ne remets jamais au lendemain, je fonce, je déblais, je bosse et je me fais réellement plaisir. En fait, travailler ou plutôt exercer ma profession me plaît et j'en tire beaucoup de satisfaction immédiate ou à plus long terme.

Le fait de pouvoir mettre des mots sur une pathologie, est-ce pour autant rassurant ?

On ne voit plus un vieil homme qui tremble, on voit un homme qui a la maladie de parkinson. On ne voit plus un vieillard sénile, on voit un homme qui a la maladie d'Alzheimer. Est-ce rassurant pour autant étant donné qu'on ne sait pas guérir ces maladies ? Du coup, on sait que ça ne guérira jamais quand le mot tombe.

Est-ce que la procrastination se guérie ? Oui, je pense, elle guérira lorsque j'en aurais décidé. Lorsque j'aurais envie de rentrer dans le moule de la bonne mère de famille au service de ses enfants même adultes ou de la bonne fifille à sa mémère, d'une douceur extrème, lui passant tous ses caprices... Un jour peut-être... Cela m'aiderait surement à ne plus culpabiliser de ne pas être la femme qui a subit cette éducation judéochrétienne, cette femme parfaite que j'aurais pu être, que l'on voulait que je sois, que ma mère a été, mais que je n'ai pas envie d'être.

Alors je fais tout pour ne pas l'être parce que personne ne décide pour moi, surement pas ce que je dois être... ;)  Et pourtant, la culpabilité est là... Allez comprendre ... 


Posté par Christine_ à 17:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

01 janvier 2011

v_ux_pour_la_nouvelle_ann_e
Que cette année vous apporte tout ce que l'on peut souhaiter de meilleur...

Posté par Christine_ à 13:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2010

Longtemps...

solitude_4456146d70Il y a longtemps que je n'ai pas écrit ici... Est-ce parce que je n'ai rien à dire ? Est-ce parce que le temps passe si vite que tout glisse sur moi ? Est-ce tout simplement parce que les émotions sont trop fortes pour être décrites ici ? Est-ce parce que je m'ennuie de tout ? Je crois que la dernière question est la bonne... Je m'ennuie, la vie m'ennuie, la politique actuelle m'ennuie, les hommes m'ennuient. Oui, les hommes parlons-en ? J'ai fait une seule rencontre depuis... des lustres et elle s'est soldée par un échec.

Je crois que je passe très mal la cinquantaine, je n'accepte pas de vieillir, qui plus est, seule. C'est difficile d'être en permanence face à soi-même. J'ai beau avoir des amis, il se trouve que, m'habituant à ma solitude, je la recherche. Lorsque je sors, j'ai hâte de rentrer chez moi, de retrouver mon antre, l'odeur et le silence de ma maison, retrouver ma solitude, mon amie depuis tant d'années.
Les hommes me déçoivent de plus en plus. C'est comme s'ils avaient oublié de grandir, d'avoir une relation saine avec une femme, sans faux semblants, sans autorité, sans ambiguïté, simplement discuter, faire connaissance et puis rester ami si rien ne se passe. Mais l'impression que j'ai c'est que le contact établi, il disparait aussitôt dès que Madame n'est pas aussi dispo qu'il le souhaite. C'est comme si elle n'avait jamais existé.

Ah... les moyens de communication d'aujourd'hui sont nombreux mais on ne sait plus communiquer. SMS, MSN...sans vie, sans émotions, quelques mots jetés là qu'il faut interpréter en bien ou en mal, à celui qui reçoit de choisir. Où est la vraie communication ? Les yeux dans les yeux ou la voix dans l'oreille, avec ses intonations, ses hauts et ses basses... Il n'y a plus rien de cela aujourd'hui, toute relation est superficielle, on approfondit plus, on prend comme on jette sans même savoir qui est l'autre parce que, simplement, quelqu'un d'autre se présente, peut-être plus intéressant, du moins tant que la nouveauté est là, et puis on se souvient que celle d'avant était finalement pas mal, alors on revient comme si de rien n'était, comme si l'autre était là à attendre... Allez, un petit SMS pour remettre en route la machine...et puis on repart...

 

Alors, finalement, dans ce dédale de mots auxquels je ne comprends plus rien, je préfère rester seule avec ma solitude, dans mon silence, avec mes propres mots jetés ça et là comme des pierres que l'on jette en espérant peut-être qu'un jour elles feront des remous... ou mieux encore des ricochets que j'aurais plaisir à regarder...

Posté par Christine_ à 20:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 juillet 2010

La Blonde et sa bagnole (3)

Vous allez probablement penser que je le fais exprès mais voilà, aujourd'hui encore je n'ai pas de voiture. Ce n'est pas une panne de moteur, ni une roue crevée, ni un problème de batterie mais voilà, il existe un truc sur cette voiture, un truc qui fait que si une personne mal intentionnée parvient à entrer dans la voiture, il lui sera impossible de la démarrer. Ce truc magnifique est contenu dans un petit boitier avec deux minuscules boutons. L'un ouvre les portes et l'autre les ferme. En plus de cela, celui qui ouvre les portes débloque également l'alarme et le démarreur. Me voilà donc, mon petit boitier à la main, essayant en vain d'ouvrir ma voiture. J'ai cliqué et cliqué et re cliqué mais rien à faire, la voiture reste silencieuse, comme pour me narguer, en signe de désobéissance, de liberté retrouvée.
Je l'ouvre alors avec les clés, la centralisation fonctionne mais lorsque j'essaie de mettre le contact, rien de fonctionne sauf des lumières qui s'allument de partout sur le tableau de bord.
J'ai appelé le garagiste mais il ne pourra venir que lundi pour la récupérer... Me voilà tout le WE bloquée sans voiture...alors j'en profite pour écrire ici, des rien et des n'importe quoi...
Parce qu'au final , ça intéresse qui tout ça ?? Personne bien sûr mais c'est pas grave.
J'aurais pu parler d'économie, de politique, de littérature... Mais ici c'est mon espace détente...ma trace, une trace parmi d'autres traces...

Posté par Christine_ à 14:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 juillet 2010

La blonde et sa bagnole (2)

18h30, je sors du bureau. Je prends le chemin habituel pour rentrer chez moi quand je m'aperçois que ma voiture semble épouser tous les défauts de la route. Le moindre caillou la fait sursauter... Bizarre... Je stoppe alors mon véhicule sur le premier parking venu et constate  amèrement que la roue avant est à plat. Une énorme vis sortie d'on ne sait où s'y est plantée comme dans du beurre. Panique à bord, je n'ai jamais changé une roue de ma vie sauf il y a quelques années lorsque j'avais demandé à un ami de m'apprendre... on sait jamais. Et voilà, je suis devant cette roue, déprimée, angoissée en me demandant quoi faire…

Je rassemble alors ce qu’il me reste de raison et me précipite dans mon coffre pour sortir tout l’atiraille nécessaire, un cric, un boulon antivol, une galette…

Il fait chaud et je dégouline de sueur plus par stress cependant. Je me saisie de mon téléphone mobile pour appeler une amie, collègue de travail, mon joker à moi,    qui devrait passer dans les parages d’ici quelques minutes et lui explique le problème. Elle me dit qu’elle me rejoindra dès que possible.

Je positionne mon cric sans difficultés, étonnement... Dans quel sens mèje la manivelle ?? Pas très pratique ce truc. Je trouve l’astuce et commence à tourner, tourner, tourner. Ma jupe longue traine misérablement sur le goudron du parking. De grosses gouttes perlent sur mon frond pendant que la voiture s'élève doucement, trop doucement à mon gout. C'est alors qu’un passant, avec une belle chemise à fleur,  s’arrête.

- Besoin d’aide…

- Oh oui, c’est pas de refus

- Ah ben vous avez déjà fait le plus dur mais avez-vous desserré les boulons avant de monter la voiture ?

- Euh non… aïe…

- C’est pas grave, je vais vous aider

 

Il redescend la voiture jusqu’à ce que la roue touche le sol et me demande le boulon antivol. Tout ce travail pour rien pensais-je

- Le voilà dis-je, fière de l’avoir trouvé

-  Tiens c’est bizarre, ca ne marche pas

- Ah bon ? pourtant je suis sûre que c’est le bon

- Zut, apparemment il y a un cache métallique sur le boulon. Avez-vous une pince ?

- Euh non, j’ai pas d’outils dans ma voiture on peut peut-être essayer avec des clés ?

 

Rien à faire, le cache ne veut pas s’enlever. Entretemps mon amie est arrivée. Elle me regarde avec un grand sourire moqueur, l’air de dire « t’en loupe pas une toi ! T’es pas blonde pour rien ! ».  Je souris. C’est une boutade entre nous car elle sait qu’elle est souvent plus « blonde » que moi dans certains cas.

 

Le monsieur, les fleurs de sa chemises fânées après l'effort, est désolé et demande à ma collègue si elle n’a pas des outils. Elle non plus n’a pas cela dans sa voiture…

La chaleur est suffocante. C’est la canicule à Grenoble et j’apprécie d’avoir garé la voiture à l’ombre bien qu’il fasse plus de 35°.

Il s’avère impossible d’enlever ce cache boulon de malheur… C’est débile, un cache boulon antivol ? Mais pour quoi faire ? Pour faire joli ? pfff je maudis mon mécano qui l’a placé.

Le monsieur, les pétales de sa chemise frippés,  nous quitte, désolé ne n’avoir pas pu mieux faire. Je le remercie chaleureusement, range tout dans le coffre, boucle la voiture et repars avec mon amie qui, par chance, habite à 5 minutes de chez moi, laissant ma voiture sur place.

Le lendemain, je suis allée travailler avec la voiture de Blondinette qui n’a plus de permis (voir précédents messages). J’appelle mon garagiste en lui expliquant la situation. Il me dit qu’il envoie quelqu’un dans la matinée. A ma pause restaurant, je me rends sur les lieux et je trouve le « réparateur » en train de ranger. Il me dit que tout est ok sauf qu’il a du un peu forcer le coffre qui maintenant ne ferme plus… Grrrrrrrrr. Ce coffre de malheur qui ne s’est pas fermé pendant un an et qui depuis quelques mois, sans aucune intervention, s’était remis à fonctionner normalement… Et voilà qu’il me le démolit à nouveau. J’étais furax. Enfin, le principal est que je puisse récupérer ma voiture toujours grâce à  mon amie qui a bien voulu me ramener sur place.

Du coup, j’ai du faire changer les deux pneus avant… encore une belle facture de plus de 200 euros…  

J’ai dépensé plus en quelques jours pour cette voiture que ce qu’elle vaut en réalité c'est-à-dire 0 mais c'est ma titine...


 

Posté par Christine_ à 14:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 juillet 2010

La Blonde et sa bagnole...

800px_Rover_45_blue_vlMa voiture...ahhhh celle-là... elle date mais elle me conduit toujours où je veux aller sans broncher..quoi que...
C'est une Rover45 de 2001, plus de 300 000 km au compteur et elle roule toujours.

 

Un jour, je sors du bureau et emprunte la route habituelle pour me rendre chez moi. J'ai environ une quinzaine de kilomètres à faire. Premier feu...surprise, la pédale d'embrayage ne remonte plus, les vitesses ne passent plus. Heureusement, je suis restée en 1ère. J'avance jusqu'au parking le plus proche où je stoppe le véhicule en prenant bien soin de pouvoir repartir si toutefois c'était possible, en clair, dans le sens de la marche. Rien n'y fait, la pédale reste inexorablement collée au plancher de ma voiture... Réflexion La Blonde... je fais quoi moi ?? Pas bête quand même La Blonde, elle a remarqué qu'on peut passer les vitesses à l'arrêt mais pas quand le moteur tourne...

 

J'enclenche donc la première et me prépare à bondir au tour de clé... Hop, me voilà partie. Heureusement pas de voitures à l'horizon.. C'est calme pour un mardi. Je m'engage sur la route. Le moteur rugit et je me dis que je vais quand même pas me tapper 15 bornes à 20 à l'heure... Je trouve un coin pour stopper à nouveau la voiture un peu avant l'entrée d'autoroute. En fait je me demande si je prends l'autoroute ou pas car la sortie est sans cesse encombrée et je risque de rester en rade. Nouvelle réflexion La Blonde... OK pour l'autoroute... on verra bien. Je cale le levier de vitesse en troisième et je démarre en tournant la clé et en appuyant à fond sur l'accélérateur afin de ne pas caler. Yes...50km/h en 10 secondes... le top.

 

Je m'engage dans le rond-point...pas de voiture. Il faut surtout pas que je m'arrête. Je transpire à grosse gouttes et mon cœur bat la chamade. Voilà, j'ai réussi à entrer sur l'autoroute à 80/90 km/h, mèje-le les warnings ou pas ? Pfffff je sais pas ce que je dois faire et je décide quand même de les mettre. Quelques kilomètres plus loin, je me dis que c'est idiot et je les enlève de peur de me faire intercepter par une voiture de police ou de gendarmerie d'autant que je suis un peu en retard sur le contrôle technique... Manquerait plus que je paye 90 euros en plus du dépanneur qu'ils m'obligeraient à appeler. 

Warnings coupés, 80 km/h en troisième, je prends mes distances avec les véhicules qui me précèdent afin de ne pas avoir à freiner ce qui conduirait mon véhicule à caler inexorablement en plein milieu de l'autoroute. Je reste concentrée en priant qu'aucun véhicule ne m'oblige à ralentir. Je tremble à l'idée que la sortie soit encombrée comme d'habitude. Il arrive que des véhicules soient stoppés sur la bande d'arrêt d'urgence en amont de la sortie tellement ça bouchonne certains soirs. Si c'est le cas, je suis foutue car redémarrer le véhicule en troisième sur l'autoroute sans prendre de risque me parait impossible. Les kilomètres passent et j'aperçois enfin au loin la sortie. Je scrute l'horizon afin de voir si elle est fluide ou pas. Je laisse quelques 50 mètres avec le véhicule qui me précède afin de ne pas avoir à freiner. Je ne sais pas si une bonne étoile m'a entendue mais la sortie semble fluide... Je m'engage lentement...aucun obstacle.

Cependant, il y a encore deux feux rouges à appréhender dont l'un dans une côte... Impossible donc de redémarrer s'il s'avère qu'il est effectivement rouge... J'ai peur, je n'ai jamais autant transpirer. Mon cerveau qui habituellement se balade  un peu partout pendant le trajet en écoutant la radio est rassemblé dans une seule mission, arriver chez mon garagiste préféré à quelques centaines de mètres de chez moi. Le feu est vert et la route est fluide. Je passe donc ce feu sans encombre..ouf.

Un second feu s'annonce dans une descente, celui-là. Idem, aucun véhicule et le feu est...VERT... super. Ma voiture suit sa route pépère et je m'arrête enfin dans le parking de mon garagiste...

Je ne comprends pas ce qu'il s'est passé ce jour là. Jamais la route n'aura été aussi accueillante comme si quelqu'un dégageait au fur et à mesure devant moi. Jamais la sortie n'a été aussi fluide, jamais le feu dans la montée n'a été vert...

Diagnostique : fourchette d'embrayage cassée...

Je m'en tire quand même avec une belle facture à la clé et quelques jours à rouler avec la voiture de prêt pourrie du garagiste...mais bon, je vais pas me plaindre maintenant que je sais que j'ai une bonne étoile qui veille sur moi ;). 

Posté par Christine_ à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2010

Sarko à la télé...

Je n'ai pas regardé l'émission mais ma mère l'a fait. Je dois préciser que comme mon défunt père, elle a toujours été communiste. Quelle n'a pas été ma surprise d'entendre

Maman  _ "Il a bien parlé qd même" dit-elle...

Christine _ Oui, bien sûr qu'il a bien parlé, il dit les choses que tu attends dans un langage simple et clair afin de mieux te séduire...

M_ Il a dit qu'il ne pouvait pas taxer les riches car ils quitteraient le pays et leur argent avec

C_ Il est déjà à l'abri dans les paradis fiscaux leur argent. Il devrait taxer un max les entreprises qui délocalisent.

M_ Il dit qu'il est allé se promener la nuit dans les cités avec des policiers et qu'il a vu des jeunes de 12/13 ans trainer dans la rue. C'est qd même le premier président qui fait ça !

C_ Et alors...Il n'a fait que constater ce que le "peuple" voit tous les jours. Des jeunes laissés à la rue parce que les parents baissent les bras ou n'ont jamais discipliné leurs enfants.

M_ Faut leur supprimer les allocs, il a raison... Moi je vous ai jamais laissés trainer dans les rues à cet age là et vous alliez en cours.

C_ C'est rendre encore plus pauvres des familles pauvres. Tu crois pas que si les parents avaient un travail ca se passerait mieux ?

M_ Attend, j'ai écouté une émission sur Europe 1. Un entrepreneur a vu 3 jeunes passer dans son entreprise et disparaitre alors qu'il leur offrait un CDI. Les jeunes veulent plus travailler comme avant. Ton père, lui, il a été maçon pendant des années et il allait au travail par tous les temps en mobylette avant d'être à l'usine...Comme ton grand père qui travaillait aux laminoirs et avait ses habits brulés chaque jour. A tel point qu'il a demandé au patron de lui payer des vêtements car il n'avait plus les moyens. Les jeunes veulent plus rien faire, pas se lever trop tôt, pas faire un travail trop dur, être bien payé... Y a du travail mais trop dur pour certains... C'est plus facile de vendre de la drogue comme mon voisin du dessous qui passe son temps en prison et fait un enfant dès qu'il ressort. Comme ca il vit sur les alloc et la drogue... C'est quoi ce monde !!! Heureusement que j'ai 80 ans et que je le verrai plus très longtemps... Il a dit aussi qu'il allait supprimer des postes de fonctionnaires pour économiser de l'argent.

C_ Que veux tu que je te dise...Si c'est tout ce qu'il a trouvé, c'est désolant. Quand on voit les infirmières faire des heures pas possible et prendre sur leur congés pour aller en cours ou en réunion ça me révolte...Alors il veut faire quoi ? Supprimer des infirmières, les employés de la CRAM et de la CAF, des professeurs ? Il ferait mieux d'utiliser l'argent des amendes depuis l'installation des radars automatiques pour renflouer les comptes de l'état car là, ce sont des millions qui rentrent chaque  jour. Et la CSG finalement elle sert à quoi ?
Si tout le monde avait un travail, tu penses pas que cela solutionnerait beaucoup de choses ? Tout les problèmes viennent de la pauvreté et en supprimant les allocs, il rend les familles encore plus pauvres.

M_ Du travail, y en a, mais ils veulent pas le faire...! La preuve, tes deux filles qui n'ont pas de diplômes travaillent toutes les deux et font un travail qui leur plait.

C_ Disons qu'elles ont eu de la chance mais tu as raison, pour certains de leurs "amis", le travail est trop dur et ils préfèrent toucher le chômage ou rester à rien faire chez les parents...

Voilà en gros la discussion que nous avons eu hier. Maman apprécie le langage clair de ce président et ça m'énerve qu'il manipule en parlant le langage du peuple. Mon père, communiste à fond, ne serait pas dupe. Il s'est toujours battu avec la gauche pour obtenir tout ce qu'on a aujourd'hui. Les français commencent à réagir et les sondages ne sont pas meilleurs après son intervention. Ca sent la révolte et elle n'est pas loin. De plus en plus de personnes se syndicalisent et c'est une bonne chose. L'avenir nous dira...

Bon, maintenant je vais aller regarder l'émission sur internet ;)).



Posté par Christine_ à 11:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 juillet 2010

Hurlez votre colère

Ne me dites pas que vous n'avez jamais été en colère, révoltés par ce qu'il se passe autour de vous ou même plus loin...
Venez criez votre colère en cliquant ici :

HURLEZ VOTRE COLÈRE

Ça fait du bien de partager sa colère...échanger sur divers sujets d'actualités, alors n'hésitez pas ;)

Petite précisions pour ceux qui me lisent depuis longtemps, ce blog appartient à un ami très cher dont j'ai beaucoup parlé ici mais je ne vous dirais pas qui, par respect pour lui ;))). Peut-être le reconnaitrez-vous ?

Posté par Christine_ à 19:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2010

Cerise sur le gateau...

gendarme_flashHier soir, j'ouvre ma boite aux lettres, feuillette rapidement les courriers lorsqu'au milieu des factures je trouve une lettre tatouée République Française... Aïe, encore des ennuies pour ma blondinette ? Mais non, la lettre est bien à mon nom. Je l'ouvre et surprise, une amende pour excès de vitesse...une vraie famille de délinquantes..
En fait je circulais à 111 km/h au lieu de 110... un vrai danger public... Jamais j'aurais pensé aller à une telle vitesse...1 km à l'heure au dessus de la vitesse autorisée, 1 km à l'heure qui me vaut 45 euros d'amende ainsi que retrait de point...
Bien sûr, j'ai payé... sur internet c'est pratique.

Mais où va donc tout cet argent depuis la mise en place des radars automatique et le déploiement de cette armée de gendarmes rivés à leur jumelles... Des milliards qui vont à l'état et on nous serine que la France est en gros déficit budgétaire !.

Et la CSG pour la Sécu ? Elle va où ? Ma mère a gagné 2000 euros au casino l'autre jour et elle s'est vue ponctionner de 12% pour la CSG soit 240 euros. Où vont donc tous ces millions alors qu'on nous dit que les caisses de l'état sont vides. Si encore on nous disait "grâce aux radars nous avons pu aider la recherche à tant de millions... et sauvé tant de vie...", "Grâce à la CSG nous avons complétement rebouché le trou de la sécu et vous ne serez plus obligés de prendre les médocs génériques et on va pouvoir augmenter le montant de la consultation du médecin généraliste qui sera totalement remboursé"... Mais nan, nan, nan, rien de tout cela... On se sert la ceinture, et l'état continue à nous faire l'aumône, nous raquetter. 

Bon j'arrête, ca me rend furaxe tout ça et de toute manière je n'aurais pas la réponse.

Ah ben si... grâce à mes 45 euros, le déficit budgétaire diminue... c'est top ca non ?

"D’après la situation mensuelle budgétaire, le déficit budgétaire s’établit à 67,9 milliards d’euros au 31 mai 2010, contre 82,1 milliards à la même date en 2009. Cette légère amélioration du déficit tient à l’augmentation des recettes : elles représentent 102,4 milliards – contre 90,5 en 2009. La dépense est contenue et conforme à la prévision de la loi de finances."

Ah et puis là-dessous, en fait l'installation de radar et la possibilité de régler les amendes directement sur internet est une nette amélioration des services publiques... je dois le constater...

"Afin de rendre plus efficaces les politiques publiques et d’améliorer la qualité de service, les mesures de simplification des démarches s’accélèrent : le ministre a présenté quinze nouvelles mesures. Pierre angulaire de la modernisation de l’État, la satisfaction de l’usager se mesure désormais grâce à un baromètre de la qualité."

lu sur http://www.budget.gouv.fr/

Posté par Christine_ à 18:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 juin 2010

Une bonne étoile...

Je résume :

- contrôle d'alcoolémie : 0,51 g à 3 heures du matin à 300 mètres de la maison
- retrait immédiat du permis
- suspension 4 mois
- PV 250 euros
- récupération d'1 point suite à bonne conduite pendant 1 an
- Il y a 1 mois on lui annonce qu'elle peut passer le stage pour récupérer des points mais c'est trop cher pour sa bourse et la mienne
- jugement sur le contrôle 1 an après pour la même contravention avec retrait de 6 points (le stage aurait suffit à ce qu'elle conserve son permis)
- Annulation du permis
- mise à pied par son employeur avec licenciement possible
- Convocation par son employeur qui annule sa requête devant la mine désespérée de ma blondinette...

Je sais que conduire en état d'ivresse peut entrainer de grave conséquences mais n'est-ce pas un peu exagéré pour une jeune fille qui débute dans la vie ? Qui s'est décarcassée pour se trouver un emploi ? Qui travaille des heures sur la route à livrer des pièces auto plus lourdes les unes que les autres pour un salaire de 1000 euros ?

Qu'elle soit punie cela me ravie mais pas à ce point. Elle a faillit perdre son emploi sans que personne ne puisse lever le petit doigt pour elle. Jugée sans être entendue...

Heureusement qu'elle s'acharne à son travail et que son employeur est content d'elle...

Finalement, un fils à papa aurait encore son permis à sa place car il aurait pu payer le stage... Est-il moins coupable ??

Qu'on s'occupe aussi de ces conducteurs du dimanche qui téléphonent au volant, qui doublent n'importe où n'importe quand, qui déboite devant votre capot à 80 km heure sur une autoroute, qui vous collent au train à 100 km/h, qui regarde ailleurs quand vous vous arrêter pour laisser passer un piéton, qui traversent des agglomérations à plus de 80km/h... et j'en passe.

Voilà... c'était mon coup de gueule ici, parce qu'en ce qui concerne Blondinette, je me tais et je la console, malgré tout. Et qu'on ne vienne pas me dire "elle aurait pu tuer quelqu'un...". Ce n'est pas l'alcool qui tue le plus sur les routes mais la vitesse, le téléphone et l'inconscience. Un ami vient de perdre sa petite fille, renversée par un chauffard qui n'avait absolument rien bu...incroyable non ???



Posté par Christine_ à 00:31 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

22 juin 2010

Diviser pour mieux régner ...

Je suis de plus en plus scandalisée par ce qu'il se passe dans notre pays. D'année en année les divisions se font plus fortes. Les fumeurs deviennent des parias de la sociétés qui devraient probablement être enfermés pour dérangement d'autrui...(Que dire des consommateurs de barbecues qui sont probablement les plus râleurs...).
J'ajoute les 3 pélendrins qui se promènent avec un voile sur la tête...(je ne suis pas pour mais arrêtons de s'attarder sur ce type de choses qui touchent 2000 personnes dans notre société).
Je suis en colère...très en colère aujourd'hui de voir les français se rallier à tout cela...comme des moutons de Panurge. Je comprends aujourd'hui comment les juifs ont pu être aussi maltraités et désavoués par leur semblables après un simple collage d'affichettes et quelques mots bien placés.

Et la répression sur les routes ? N'en parlons pas. Bientôt il y aura des flics à chaque coin de rue guettant l'"assassin" sortant d'une fête de famille...

Ma fille est devenue aujourd'hui une paria de la société... Pourquoi ? Parce qu'il y a un an, elle avait un peu bu et elle a pris la route (que celui à qui ça n'est pas arrivé lui jette la première pierre). Elle avait 0,51 gramme. Elle a donc perdu son permis pour 4 mois. Elle a du se débrouiller pour garder son emploi de livreuse de pièces détachées automobile dans les garages. Son employeur lui a gentiment proposé un poste de vendeuse/magasinière durant le temps de son retrait. Elle n'avait pas le droit de passer un stage pour récupérer des points avant qu'on ne lui en donne l'autorisation (6 mois). Elle a réglé sur son maigre salaire (à peine le smic) une amende de plus de 250 euros, s'est débrouillée comme elle a pu pour se rendre à son travail à 30 km de la maison.

Il y a quelques jours, la gendarmerie la convoque lui indiquant qu'elle avait perdu son permis car suite à cette infraction elle a été délestée de 6 points. Depuis la date du contrôle, elle a récupéré un point pour bonne conduite mais cela n'a pas suffit. Elle se retrouve donc à nouveau sans permis pour 6 mois. Elle a décidé d'acheter une voiture sans permis afin de se  rendre à son travail. Sa banque lui accorde le prêt. Elle pourra revendre la voiturette sans problème dans 6 mois le prix qu'elle l'a payée. Mais comme si cela ne suffisait pas, elle reçoit aujourd'hui une lettre de mise à pied de son nouvel employeur (Elle a changé l'année dernière) lui indiquant qu'elle serait probablement licenciée. Elle ne comprend pas, elle a été engagée comme vendeuse/magasinière et non livreuse (ce qu'elle fait malgré tout aujourd'hui à la demande de son employeur). Du coup elle perd son permis, son emploi, sa dignité et tout le reste. Comme si cela ne suffisait pas, elle reçoit de son assurance un "non" catégorique pour assurer sa voiturette... Sans compter que l'avocat qu'elle a contacté lui a dit qu'il ne pouvait rien faire pour elle car l'alcoolémie au volant n'était pas un motif défendable...

Elle devient elle aussi une paria de la société que tout bon citoyen va montrer du doigt comme une criminelle. A quand le marquage aux fers rouges sur le casier judiciaire afin de rendre l'errance plus dramatique encore ? Que ferait-elle si elle n'avait pas une famille pour la soutenir ? Est-elle une criminelle ? Non malheureusement, car les criminels ont des associations qui les soutiennent et leur trouve des jobs. Finalement, elle serait mieux en prison pendant ces 6 mois, logée et nourrie avec possibilité de faire du sport gratuitement, de reprendre ses études...

Ou va la France ??? Arrêtons de fanfaronner sur le nombre de morts en moins sur les routes pendant que la pauvreté s'accélère. Un mort sur une route peut sauver 7 personnes... C'est un faux problème. Juste un problème d'argent et faire que les français deviennent des moutons qui n'osent plus bouger le petit doigt de peur de se faire "frapper" par la justice mais aussi par leur congénères, ces braves associations qui défendent pour défendre...sans mesurer les conséquences de ces mesures trop draconiennes pour des jeunes qui n'ont que 6 points sur leur permis. En revanche, le soulot du dimanche peut se promener tranquille avec ses 6 points en moins, il a encore le droit de le faire une fois...

Une tonne d'interdits commencent à fleurir de ci de là et que fait la France ? Elle regarde une équipe de foot qui n'est que le reflet de sa population à la dérive...

Posté par Christine_ à 20:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 décembre 2009

e3r60zn1

Posté par Christine_ à 12:45 - Commentaires [4] - Permalien [#]