Mes voitures, c'est toute une histoire et chacune d'elle a la sienne et je n'ai pas manqué de verser une larmes à chaque fois qu'elles m'ont quittée.

Ma première voiture était une citroën GS bleue. Mon ex futur mari me l'avait laissée le lendemain de l'obtention de mon permis de conduire. Je devais passer le prendre. J'arrive sans encombre jusqu'à son domicile et au bas de l'immeuble je me gare face à un mur. Malheureusement je n'ai pas vu le petit trottoir sur lequel les roues avant sont montées brutalement provoquant le "lachage" de la pédale d'embrayage. La voiture fit un bond en avant et alla s'écraser le museau contre le mur. J'avais 21 ans et en arrivant chez mes ex futurs beaux parents je pleurais toutes les larmes de mon corps.

Mes autres voitures étaient neuves car j'avais la chance de travailler chez Citroën et mon mari chez Ford à cette époque. Nous changions donc tous les six mois.

En 1984, Une pub attire l'attention de mon mari sur la 205 GTI qui vient de sortir. Il me dit, je pense que c'est une voiture qui va te plaire, et nous l'achetons. Lui avait une voiture de fonction, donc, cette voiture serait plutôt la mienne. Nous sommes livrés le 1 juin (mon ainée n'avait pas un an). Un soir il prend la voiture pour aller chercher des hauts parleurs chez mon frère. Je m'installe avec ma fille pour lui donner son souper lorsque le téléphone sonne. C'est mon mari qui m'informe qu'il vient d'avoir un accident et que la voiture est foutue. Lui n'a rien, heureusement. Je mets ma fille dans son couffin et je décide de prendre la R5 de fonction de mon mari. Mais où mettre le couffin, c'est une deux place avec une énorme caisse à outils dans le coffre. Je câle le couffin entre le coffre et le haillon arrière et je ferme le tout. Ma fille avait une très belle vue sur le ciel bleu mais j'avoue que je n'étais pas très rassurée. La pauvre, coinçée à l'arrière comme une pauvre misérable. Le tableau que j'ai aperçu en arrivant m'a fait me demander comment mon mari pouvait être encore en vie. Les réparations étant moins chères que le remboursement du neuf, l'assurance nous obligea à faire réparer le véhicule (58000 Frs de reconstruction). Il nous fallut attendre septembre pour le récupérer. Nous avions la première 205 GTI sur Grenoble et des centaines envahissaient les rues lorsque nous la sortîmes du garage...mais nous avions la seule 205 GTI faite mains ;-).

Je saute à ma dernière voiture de femme mariée, une ford XR3I. Je l'ai conservée quelques temps après le divorce. Cette voiture avait un voyant d'économie d'essence ainsi qu'un rupteur. En fait, à une certaine vitesse, le moteur se coupe...ce que je ne savais pas. Donc je roulais sur l'autoroute pour rentrer chez moi, lorsque tout à coup, le moteur s'arrête et je continue en roues libres. Puis le moteur se remet en route. En rentrant, je demande à mon compagnon de l'époque "J" ce qui avait bien pu se passer. Il me regarde ahuri en me disant que le rupteur coupait le moteur à 195 KM/H. Du coup, il m'a fait vendre la voiture en disant qu'il ne voulait pas que je me tue avec.

Il m'a trouvé une autre voiture, une 309 Diesel et j'avoue avoir eu les larmes aux yeux en la conduisant la première fois. Difficile de passer d'un moteur essence injection à un diesel. J'avais l'impression de rester sur place et qu'il n'y avait plus rien sous l'accélérateur. Mais je séchais vite mes larmes lors de mon premier plein...du double au simple ;-). Après mon divorce, il fallait que je reconnaisse que je n'avais plus les moyens de conduire une sportive.

Par la suite, la 309 prenant l'eau de partout je la vendis comme épave et la remplaçait par une renault 21 Turbo D d'occas. L'ami que j'avais alors me certifia que cette voiture était celle qu'il me fallait. Sur la route du retour, alors que je venais de l'acheter, je trouvais qu'elle avait une drôle d'odeur de sucre brulé... Ben vi...comme du caramel. Quelques mois après le voyant de chauffe commençait à s'allumer dangereusement. Je l'amène chez un mécano...devis : joint de culasse 12 000 Frs alors que j'avais payé la voiture 27000 F. Ouille la douleur... n'ayant pas 12 000 Fr à mettre dans la voiture je continuais à la nourrir en eau et je me baladais avec un énorme bidon dans le coffre. Un ami me l'a réparée pour 300 Euros ... enfin... presque.
Une nuit, alors que j'allais chercher mes filles à la sortie de boite de nuit à 4 heures du mat (ben vi, je voulais pas qu'elles rentrent avec n'importe qui), je roulais tranquille sur l'autoroute quand tout à coup j'entendis un gros bruit d'explosion et une énorme secousse. La fumée blanche que je laissais derrière moi  me fit deviner que c'était la fin. J'avais oublié mon portable et ne pouvait prévenir mes filles. La voiture roulait au maximum à 20 à l'heure mais elle roulait encore. Heureusement qu'il était 4 heures du matin et que j'étais seule sur l'autoroute. Je priais pour ne pas tomber sur des flics et je continuais ma route jusque devant la boite de nuit où mes filles m'attendaient. Elles ne m'aperçurent pas tout de suite mais entendirent le bruit de la voiture. Une fumée blanche grosse comme un cumulonumbus envahissait bientôt la sortie de la boîte. Je dis à mes filles de vite rentrer dans la voiture, discrètement...ce qu'elles firent, un énorme sourire au lèvres. La situation était risible et de toute façon nous savions qu'un jour ou l'autre elle lâcherait. Je ne repris pas l'autoroute de peur de tomber en rade et de devoir payer la dépanneuse. Nous repartîmes donc pas la nationale mais à la première montée la voiture rendit l'âme. Heureusement, nous étions proche de mon lieu de travail. Mes filles, avec leur tenues de boite de nuit, montées sur des talons aiguilles pour l'une et bottines pour l'autre m'aidèrent à pousser la voiture jusqu'au parking. C'est toutes les trois les chaussures à la main que nous arrivâmes enfin devant mon bureau. Un coup de fil et mon frère vint nous récupérer. La voiture était morte.

J'achetais donc une autre voiture pour 500 euros. Une 205 diesel...en attendant d'avoir les moyens de m'en acheter une plus récente. La voiture avait l'air en bon état et il parait qu'elles sont increvable (avis d'un mécanicien ami). Je roule donc quelques mois avec. L'important était que je puisse aller travailler. Les pneus étaient à changer et j'avais pris rendez-vous pour le faire. Un soir, en rentrant du bureau, la pluie commençait à tomber. Je double un corbillard (ben vi...) une grosse voiture noire et marron et j'avais l'impression qu'il ne m'avait pas vue. Il venait sur moi et me serrait dangereusement. Mon regard n'était donc plus sur ce qui se passait devant moi et lorsque je regardais à nouveau la route je n'eus que le temps de voir le rouge des stops du camion qui me précédait. Je sus à cet instant précis, la route étant humide, que je ne pourrais pas freîner, j'essayais quand même mollement en espérant ne pas bloquer les roues mais rien n'y fit, je partis en glissade en me cramponnant à mon volant. Je ne roulais pas vite, le choc ne fut pas violent mais l'avant de ma voiture avait reculé de 30 cm contre le pare choc du camion. Voiture morte ! Ma fille cadette que j'avais prévenue par téléphone fut la première sur les lieux. Je laissais la voiture sur un parking, j'avais eu "la chance" que l'accident se passe juste au niveau d'une bretelle de sortie et rentrait chez moi à nouveau sans voiture.

Aujourd'hui j'ai récupéré la voiture de fonction de mon frère, une rover45 TD noire que je trouve très jolie. J'espère la garder longtemps car je n'ai pas envie de mettre du fric dans une voiture, j'ai bien d'autres choses à faire ...;-).

Je suis simplement heureuse d'avoir une voiture dont le moteur a été changé (donc pas de risque de rupture de joint de culasse) et dont les pneus sont neufs...en plus j'ai la clim, ce qui n'est pas négligeable. On imagine pas comme c'est rassurant de ne pas avoir la peur au ventre de tomber en panne à chaque fois que l'on prend sa voiture ;-).