Je rentrais l'autre soir vers minuit d'une virée avec maman. Comme d'hab, je la dépose devant son entrée sauf que ce soir là, le U de stationnement métallique qui empêche d'avancer devant la porte, était baissé. Je décide donc de m'avancer jusque devant la porte afin qu'elle ait le moins de chemin à parcourir. Elle à 80 ans dans deux mois. Elle descend et je passe la marche arrière. Je recule en visant de faire passer le U entre les 4 roues. C'est alors que j'entends un bruit de craquement horrible. Je stoppe immédiatement et ré-avance la voiture devant l'entrée de l'immeuble.  Devant les phares, je vois une fumée pas très sympathique. Je coupe le contact, ne comprenant toujours pas ce qu'il s'est passé. Un bout de plastique  noir graisseux traine au sol et là je devine que j'ai accroché le bas de caisse de ma Rover45 sur le U pourtant baissé.

Ma mère, alertée par le bruit est ressortie. Nous sommes toutes les deux devant la voiture comme deux poules ayant découvert un couteau... C'est alors qu'une fenêtre s'ouvre dans la nuit au premier étage et qu'un jeune homme torse nu fait son apparition. "Je peux vous aider ?"...
Je suis surprise par la question car je m'attendais plutôt à un hurlement venu tout droit du fin fond d'une forêt tel le brame d'un cerf...  nous reprochant de faire trop de bruit en caquetant à minuit devant le capot fumant. Je lui explique ce qui s'est passé. Il me fait signe qu'il descend, le temps de prendre une lampe torche et d'enfiler un Tshirt... Est-ce bien utile ? Il est très beau comme ça ...

Sous notre regard admiratif, il se couche sous ma voiture, triffouille un peu et décroche ce qu'il restait de mon bas de caisse. La voiture fume encore. Il me dit que le radiateur est foutu et tire en même temps un tuyau en me disant que la durite aussi est foutue... Hum... je suis dans la panade. Je lui demande timidement "vous vous y connaissez on dirait ?" il me répond qu'il est carrossier... Quelle chance ! Comment aurais-je fais sans cette main du destin venu carresser ma blondeur ?

Toujours devant mon couteau comme une poule, je me demande comment je vais rentrer chez moi calculant déjà que je pourrais dormir chez ma mère jusqu'au matin bien que cela ne m'enchante pas trop car il faut aussi que je m'occupe des chiens de Blondinette restés seuls depuis quelques heures.

Je pose alors la question idiote dont je crois connaitre la réponse "Vous pensez que je peux quand même aller jusqu'à chez moi, à 1 km d'ici ?". Il réfléchit et me répond "Oui, mais je vous suis avec ma voiture. On sais jamais, vous pourriez tomber en panne". En moi-même je me dis que l'accident était peut-être beaucoup plus grave et que je suis au paradis en train de parler avec un ange... Ca n'existe plus sur terre des gens serviables à ce point...

Nous voilà partis, moi devant et lui derrière. J'arrive devant chez moi sans encombre. Il fait demi-tour et baisse sa fenêtre. Je lui propose un dédommagement au travers un billet de 50 euros qu'il refuse tout net. Je le jette alors par sa fenêtre ouverte au fond de sa voiture. Il est obligé d'accepter.

Je crois que c'est une des seules fois où ça me faisait plaisir de sortir 50 euros de mon porte-monnaie.

J'ai eu de la chance dans mon malheur, non seulement j'ai été dépannée mais en plus j'ai découvert qu'il existait encore des gens serviables et chez les jeunes en plus, il ne doit pas avoir plus de 25 ans.

Ma voiture est à la carosserie. Je suis assurée tout risque et n'aurais que la franchise à régler. Tout est bien qui fini bien, NON ?

Enfin... ca méritait d'être raconté ici. ;)

Ca aurait pu être pire après tout ?

f430_far_small