Hier soir je suis restée tard sur mon pc avec mon frérot à regarder des vidéos de peintures aux couteaux afin de m'imprégner de la méthode... Il va venir aux cours avec moi et ça me fait très plaisir. Cela lui changera les idées et il passera un moment sympa, entouré de femmes, puisqu'il sera le seul représentant de la gente masculine... Mais cela ne lui fait pas peur ;).

Je disais donc que cette nuit je me suis couchée assez tard mais comme à mon habitude, peu importe l'heure, il faut que je lise quelques pages d'un livre pour m'endormir sereinement et oublier mes tracas quotidiens. Ce faisant, je me suis endormie vers 2 heures. Blondinette travaillait cette nuit et j'étais donc seule avec les deux amours de sa vie, Shelsea et Luna. C'est vers 4 heures que le gémissement de Shelsea me réveilla. Elle semblait vouloir sortir, peut-être pour assouvir quelques besoins pressants. Je descendais donc, habillée d'un seul pull que j'enfile pour dormir car ma chambre n'est pas chauffée et j'aime dormir dans la fraicheur. C'est complètement endormie et au radar que j'ouvre la porte afin de faire sortir les deux lousticks. Shelsea s'élance alors au dehors avec une rapidité fracassante et continue sa course jusqu'au petit portail de bois qu'elle saute allègrement grace à son élan et la voilà errant dans le lottissement. Je ne sais plus que faire... mais il faut absolument que je la récupère car je ne suis pas sûre qu'elle reviendra seule étant donné son amour de la liberté. J'enfile un long manteau, des bottes sur mes pieds nus et cours au dehors. Je l'aperçois, passant derrière quelques voitures sagement stationnées (heureusement elle est d'une couleur claire) et dont les conducteurs doivent dormir profondément à cette heure de la nuit. Il fait froid, quelques degrés au dessous de 0, mais je ne le sens pas tellement je suis occupée à me demander si je vais réussir à la ramener. Je m'élance donc vers le fond du lotissement où je l'aperçois courant vers d'autres immeubles, le nez au sol sentant probablement la trace récente d'un chat. Plus je m'approche d'elle et plus elle s'éloigne. De plus elle n'a pas son collier et pour l'attraper ce ne sera pas une mince affaire. J'aurais du prendre quelques brioches pour l'attirer, me dis-je....

Au rond point, marquand la fin du lottissement, je la vois se balader dans l'herbe le nez en l'air. Heureusement, la nationale est loin et elle est dans un cul de sac. Je m'approche, l'appelle mais elle me lance un regard et continue sa balade. La colère monte en moi. J'ai envie de la laisser et de rentrer me remettre sous la couette mais une petite voix me dit qu'il vaut mieux la ramener avant qu'elle ne fasse peur aux personnes qui pourrait la croiser. Elle est assez impressionnante. Je l'appelle, elle s'approche un peu et là je l'attrape par la peau du cou. Malheureusement elle est tellement craintive qu'elle s'applatit au sol avec la peur que je la frappe. Je me dis alors qu'il est inutile que je la traine jusque chez moi et décide de la porter. Elle est lourde, elle doit peser pas loin de 25 kg ou plus. Je marche quelques mètres. J'ai l'air d'une potiche, le manteau couvrant à peine mes jambes nues, pas coiffé et un gros chien dans les bras. Je croise au passage un jeune, rentrant probablement d'une soirée chez des amis, qui me salut avec un sourire. J'ose à peine le regarder en lui rendant son bonjour. Oui, c'est un bon jour, qui commence super bien. J'ai mal aux bras et je m'essoufle. Je pose quelques secondes Shelsea sur le capeau d'une voiture sans toutefois la lacher, histoire de reprendre ma respiration puis je reprends ma route. Plus qu'une centaine de mètres avant de la reposer derrière le portail. Je n'ai plus de forces lorsque j'arrive. Elle ne bronche pas. Je la pose au sol et la traine par le cou, la laissant derrière le portail que je prends soin de refermer.

01_10_08_0004

Il est 5 heures du matin, lorsque le coeur battant, je remonte me coucher. En me levant ce matin, je me suis demandée si je n'avais pas vécu un cauchemard... ;) Shelsea et Luna dormaient profondément l'air plus gentilles que jamais...