nouveaux_bureauAujourd'hui au bureau il est arrivé un mini "incident" qui m'a perturbée. Non par le fait que j'étais visée par cette personne qui doit avoir pas loin de mon age mais plus par son comportement enfantin, je dirais même juvénile et inquiétant. Vous allez me dire que je donne de l'importance à des futilités mais ce qui m'inquiète c'est que s'il existe une personne comme celà, il en existe plein d'autres.

Je n'ai aucun problème relationnel au bureau. Je ne m'occupe de personne, je n'ai jamais un mot plus haut que l'autres avec quiconque et surtout je ne bave pas par derrière comme certains adorent le faire. Souvent c'est une situation qui me dérange terriblement et dont je m'écarte rapidement.  Dans un même service comptable, nous sommes trois services séparés par des tâches différentes. Il semble que des barrières virtuelles se soient levées entre ces trois services notamment pour les croissants du matin qui généralement ne passent pas les barrières...Je trouve cela amusant mais compréhensif aussi dans la mesure où nous sommes une trentaine de personnes. J'ai dit trois services mais moi seule avec le jeune intérimaire qui m'assiste, nous formons l'un d'eux face aux deux autres d'environ 15 personnes.

Ce matin donc, je dépannais l'une de mes bases Access sur le poste d'un collègue dans l'un des services. Je passe donc gentiment saluer toutes les personnes dont la majorité est attroupée autour d'un petit déjeuner consistant. La collègue ayant offert ce petit déjeuner était affairée à découper des tranches dans une brioche lorsque je m'approchais du groupe. L'un de mes collègues me demande s'il m'offre un café et avant même ma réponse j'entends "Mais je ne l'ai pas invitée...!". Le collègue me regarde et lui répond alors "je ne l'ai invité qu'à boire un café...là j'ai le droit !".  J'ai eu l'impression de me retrouver subitement 25 ans en arrière lorsque certaines petites garces à peine majeures jalousaient les autres générant une ambiance catastrophique et la formation de bandes comme à l'école primaire. J'ai toujours refusé d'appartenir à l'un ou l'autre des clans. Je n'ai donc rien répondu qu'un sourire et je suis allée récupérer mon disque dur externe où mon collègue, pendant ce temps, avait chargé sa base pour que je la teste.

Je me fichais complètement de cette brioche d'autant qu'on m'avait apporté un pain au chocolat quelques minutes plus tôt dans mon bureau.

Je crois que finalement, Lundi, je vais acheter des brioches et des pains aux chocolats pour tout le monde, aller voir cette personne et lui dire simplement "sers toi... " très fort et en la regardant droit dans les yeux avec un sourire enjoleur.

Je ne vais pas devenir conne parce que des connes sont parmi nous... quand même... ;)

Bon, je sais, c'est pas important mais c'est avec de petites réflexions de ce genre qu'on plombe une ambiance d'autant que si j'avais été à sa place je me serais fait un plaisir de lui proposer de partager notre petit déjeuner...

Mais je ne suis à la place que de moi-même...