etoileJe sais que mes longues absences de la blogosphère font que je ne suis plus beaucoup lue. C'est assez surprenant comme les stats baissent petit à petit. J'ai l'impression de vous voir vous éloigner et je le comprends car j'ai fait de même avec vos blogs.

Comment écrire ou comment lire quand le temps manque, quand dans le même temps on est submergée par des émotions inconnues jusqu'alors. Comment écrire le courant de la vie quotidienne, ses petits tracas, lorsqu'on est face à la pire des choses qui puissent arriver...

J'étais là lorsqu'elle est partie. J'ai vu son visage, j'ai entendu son dernier souffle, j'ai vu mon frère serrer sa main très fort en lui disant un dernier "je t'aime"... Comment vivre normalement après cela ? Etre là, c'est tout ce que je pouvais faire pour lui et pour elle, pour eux, pour ce couple qu'il formait et qu'il forme encore. Mon frère n'a de cesse de parler d'elle, de ce qu'elle aurait voulu ou pas voulu, de ce qu'elle aimait.

Elle collectionnait les chouettes en tout genre et mon frère en a fait imprimer une sur les cartes de remerciements. A la demande de mon frère et de la soeur de H, j'ai écrit le texte que nous avons lu toute les deux à l'église et j'ai aussi écrit le texte de remerciements. Nous voulions que ça lui ressemble, nous voulions que ce soit original, que ce ne soit pas triste et ça ne l'était pas. Cela ne m'a pas empéchée d'être émue lors de la lecture en pensant que je ne parviendrais pas au bout. Heureusement, nous étions deux et cela aide énormément pour reprendre sa respiration et calmer ses émotions.

Depuis la vie à repris son cours. Mon frère est noyé sous les paperasses dont il n'a pas eu le temps de s'occuper depuis des mois tout dévoué qu'il était à sa petite malade.

J'ai passé plusieurs soirées avec lui depuis. Ce que nous avons vécu ensemble nous a lié encore plus. Il m'a invitée à partager son diner ce soir et nous allons au cinéma demain. Je l'ai chargé de choisir le film. Mercredi, il est invité chez des amis qui appréciait beaucoup H. Nous ne le lachons pas mais j'imagine combien cela doit être dur lorsqu'il se retrouve seul chez lui avec tous ces souvenirs qu'elle a laissé partout.

Mon frère a perdu sa femme et le lendemain il faisait piquer son compagnon depuis des années, très malade lui aussi. C'est comme si ce labrador blanc, avait suivi la maladie de sa maitresse. Il ne lui a pas survécu plus de quelques heures alors qu'elle était hospitalisée depuis plus de deux mois. Les animaux ont encore bien des mystères à nous révéler...

Heureusement, ils avaient le couple et mon frère reste avec sa femelle labrador. Elle est surprenante, elle sourit. Je crois que c'est le seul chien que j'ai vu sourire. Je l'avais récupérée dans une famille où elle était maltraitée et l'ai gardé 6 mois avant de la donner à H. qui voulait une compagne pour son labrador. En lui donnant, je lui ai dit : "Tu sais, elle sourit quand elle est contente" et ma belle-soeur s'est foutu de moi. Par la suite elle m'a dit "c'est vrai qu'elle sourit... Je me demandais si tu n'avais pas perdu un peu la raison en me disant cela mais maintenant je peux te le dire, elle sourit...".

Voilà ce qu'il nous reste, des tonnes de souvenirs qui vont jaillir comme des jesers quand on pensait les avoir oubliés. Des images qui vont passer devant nos yeux comme des photos qui peu à peu vont devenir floues jusqu'à ne plus voir très nettement les visages.

Nous ne sommes finalement que peu de chose dans ce monde. Mais on laisse une trace pour quelques années dans le coeur de ceux qui restent pour se souvenir... Combien de temps ? 20 ans, 30 ans, une génération ? Deux générations ? et puis on tombe dans l'oubli comme nous l'étions avant d'apparaître sur cette terre.