avion_handicapN. est une jeune femme de 44 ans, tétraplégique suite à un accident de voiture à l'age de 18 ans. Elle vit seule, dans un appartement à Grenoble depuis 15 ans. Elle est aidée par des personnes qui viennent régulièrement et à tour de rôle s'occuper d'elle et lui faire les soins nécessaires.

A la demande de ma blondinette, qui s'occupe d'elle 10 nuits par mois, j'ai accepté de prendre également 10 nuits, suite au départ d'une des personnes. Je n'ai pas réfléchi longtemps avant de prendre ma décision car il y a deux objectifs importants à cela. Le premier est un objectif personnel, de besoin de découverte de l'autre, de nouvelles expériences enrichissantes, de dépassement de soi vers un autre monde, celui du handicap que je connais très mal. Le second, plus terre à terre, est un objectif pécunier. Ce travail va m'aider à boucler plus facilement mes fins de mois et à faire face à des dépenses imprévues, ce qui m'est pratiquement impossible en l'état actuel des choses. Donc, ce tout sera pour moi, je le pense, un tournant important dans ma vie.

Hier, j'ai donc pris mon tour à 20h, heure précise du repas de N. Nous avions déjà fait connaissance jeudi soir pour une présentation des différentes choses à faire. Blondinette était là et m'expliquait tout. C'est rigolo de se faire expliquer les différentes tâches par sa fille. Elle était largement à la hauteur et j'étais fière de la voir oeuvrer et se débrouiller comme une reine. Ce n'est pas facile pour une fille de son age. Elle n'a que 22 ans et certaines actions ne sont quand même pas évidentes.

Il faut que je vous parle de N. C'est une femme souriante, avec beaucoup de charme et de caractère. Nous avons longuement discuté hier soir après le souper. Nous étions installées devant la télé mais n'en avont pas regardé une miette. Elle m'expliquait un peu sa vie, ses déboires. Elle a mis 6 ans à faire le deuil de sa vie de femme valide,  après l'accident. Elle s'est retrouvée invalide et son amoureux l'a quittée. Tous ses amis se sont éloignés. Comme elle me le disait, à 18 ans, les jeunes ne s'encombrent pas d'amis invalides et s'éloignent peu à peu. Elle a mis du temps à comprendre qu'elle n'avait pas le choix, c'était soit en finir avec la vie, soit continuer avec ce qu'il lui restait. Elle a choisi de vivre et semble avoir accepté son handicap. Elle a alors choisi de voyager avec des accompagnateurs permanents. Son gros soucis à cette époque était l'incontinence. Depuis les chercheurs ont fait une trouvaille. Un petit appareil placé sous la peau bloque les muscles du bas qui se débloquent lorsqu'un autre appareil lui est connecté. Cela lui permet une pseudo liberté et surtout une tranquilité d'esprit.

J'ai donc participé hier soir à son couché. Il faut environ une heure avant d'avoir fait toutes les manipulations du démaquillage, lavage de dents, "toilettes",  au couché. J'ai une petite chambrette à côté où je dors. Vers 4 heure, un infirmier passe pour la touner sur le côté et la faire uriner. Elle me réveille ensuite vers 6:30 pour la remettre sur le dos car sa hanche devient douloureuse. Je replace la couverture, lui redonne à boire et je la laisse jusqu'à 8:00 où une aide-soignante prend le relais.

Nous avons décidé qu'elle ferait l'acquisition d'un logiciel pour écrire sur internet. Peut-être que je lui ferai créer un blog où elle pourra s'exprimer. Je recherche le meilleur logiciel afin qu'elle puisse le faire à l'aide d'un micro. Elle ne peut pas utiliser ses doigts sur le clavier et se sert actuellement d'une poignée de cuir avec une petite pointe qui lui permet d'appuyer sur les touches mais elle trouve cela beaucoup trop lent et se lasse très vite lorsqu'elle est en chat.

Je suis donc de retour chez moi avec l'impression d'avoir ouvert une nouvelle porte à ma vie. Je suis heureuse. Il semble que l'année 2008 soit pour moi un tounant important, entre l'équipe municipale à laquelle je participe activement, en espérant que nous seront élus, et cette précieuse rencontre avec N.