Pour faire suite aux propos "romantiques" de mon dernier message, cela me rappelle le moment le plus désagréable passé à la clinique.
Nous sommes à la veille de l'opération et je viens d'arriver dans la chambre. On ne me laisse pas le temps de me déshabiller que déjà les infirmières arrivent et me posent des tas de questions, elles me donnent aussi les directives à suivre et les produits à utiliser dans la soirée pour me "préparer".  Je me demande si je vais me souvenir de tout. Deux choses sont importantes : la douche des cheveux jusqu'aux pieds avec la bétadine rouge et le lavement. Elles m'expliquent brièvement comment utiliser le lavement et me conseille de vider entièrement le flacon, vous devinez où. Puis c'est la visite de l'anesthésiste alors que je n'ai encore pas enlevé mes chaussures... C'est vous dire l'efficacité du personnel de la clinique. Moi qui avait peur qu'on m'oublie dans ma chambre... rire.
Parmi les précieux conseils il y avait aussi le fait que le lavement était bien évidemment à faire avant la douche...

Me voila donc allongée sur mon lit, j'ai mis en marche la télé histoire d'avoir un peu de compagnie et je me tate... Ce lavement me fait un peu peur et je retarde en permanence le moment de l'utiliser. Quelques heures passent, on me sert le repas du soir, une soupe faite d'eau et d'un colorant jaunatre... en effet, je recherchai les légumes mais rien... On me dit qu'on me servira un thé ou un café demain matin vers 6 heures et ensuite je ne devrai ni boire ni manger.

Le lavement est toujours posé à côté du bidon rouge de bétadine... J'avoue que j'ai peur... mais il faut bien que je me lance. Je lis les indications sur le flacon, peut-être pour gagner encore un peu de temps... puis je les exécute à la lettre. Je jette le flacon vide et me réinstalle sur mon lit sans une certaine crainte. Quelques minutes passent et ce qui devait arriver arriva, je vais aux toilettes. Tout se passe bien lorsqu'après quelques minutes j'ai une sensation horrible, comme l'impression d'être aspirée de l'intérieur, mes entrailles frémissent, se tordent. Je ressens un cognement dans ma tête, un bourdonnement dans mes oreilles, la nausée et des picotements dans les doigts des pieds et des mains. Je suis en train de tomber dans les pommes me dis-je. Je place ma tête entre mes mains et décide qu'il faut absolument que je m'allonge. Je me lève difficilement, j'aperçois mon lit dans un halôt de lumière et me dirige vers lui en tanguant dangereusement. Je m'allonge, ferme les yeux, mon coeur bat à 100 à l'heure comme si j'avais fait un effort surhumain... Puis tout se calme, je sens mon corps s'apaiser et le bien être revenir doucement.

MAIS C'EST QUOI CE TRUC ?!?!?

Ce fut, de loin, le moment le plus désagréable de mon opération...