J'avais un peu raconté mon WE avec D, rencontre "mitic". Notre relation continue malgré la distance. Nous ne nous sommes pas revus mais l'envie est là, de se retrouver, de passer à nouveau un WE ensemble, se faire un petit resto sympa, aller jouer quelques euros au casino, passer la nuit ensemble et se balader main dans la main dans les allées d'un marché ouvert tout simplement, comme deux amis/amants. Il m'a appelé souvent lors de mon séjour à la clinique, l'éloignement et son travail l'on empêché de passer me voir. Il y a une complicité certaine entre nous mais aussi la liberté de vivre ce que l'on a envie de vivre chacun de notre côté. Finalement, j'aime cette relation, elle m'apporte beaucoup dans ma convalescence. Il est évident, quand même, que sa position est bien meilleure que la mienne dans l'immédiat puisqu'il sait bien que je ne peux avoir aucune relation sexuelle durant quelques semaines. Je vis donc un peu comme une recluse. Je me repose, je lis beaucoup, j'écris aussi. Il a bien l'intention d'être le premier à me faire apprécier les joie de mon nouveau "corps"...et me garde donc au chaud si je puis dire.   

renault_megane_2006_tdbMais venons-en à cette conversation rigolote que nous avons eu lors de notre première rencontre alors que nous nous rendions sur Annecy, où nous avions prévu de passer la nuit pour être tôt le matin dans les ruelles du marché.

Nous étions en voiture lorsque son téléphone sonne. Il branche le haut parleur. C'est sa fille. Au travers des mots qu'ils échangent je comprends qu'elle a une infection urinaire ce qu'il me confirme par la suite. Il roule silencieux, semblant réfléchir et me demande alors ce qui peut provoquer chez une femme ce type d'infection. Je souris en me demandant si je dois lui répondre ce que le médecin avait dit à ma fille lorsqu'elle avait, elle aussi, été atteinte d'une cystite très douloureuse. Je me lance alors et lui dit que cela peut venir d'une auto-contamination par les selles. Il me regarde étonné et je rajoute "cela dépend de quelle manière elle s'essuie, si elle va de l'arrière vers l'avant, c'est très possible qu'elle se soit infectée elle-même". Il me répond alors avec un sourire "Ah bon ? C'est idiot de s'essuyer de l'arrière vers l'avant, moi je fais l'inverse... et toi, tu t'essuies comment ???" . Je suis partie dans un éclat de rire voyant le ridicule de cette conversation en lui répondant bien sûr... "Bin... je me rappelle pas... ". Nous sommes partis à rire et il m'a dit "merci pour ce précieux éclairage, je lui poserai la question à mon retour".

N'est-ce pas d'un romantisme absolu ??? ;)