cheminIl y a des moments où on ne sait plus si l'on fait bien ou mal pour soi. Des moments où on a envie de se laisser porter par les événements, les ressentis et les émotions sans savoir réellement où cela va nous mener. Prendre des décisions trop hâtives, trop définitives n'est pas la bonne solution sauf si on sait pertinemment que l'on met la main dans un engrenage qui va nous détruire. Et même en sachant cela, il arrive qu'on ne puisse plus bloquer la machine...

Mais comment voir ce qu'il y a au bout du chemin si on fait demi-tour par peur d'aller plus loin ? Mon côté curieux fait que j'aime aller au bout des choses surtout lorsque le chemin reste agréable, ne pas les avorter lorsque je ressens qu'il y a encore du bien ou du bon à prendre. C'est mon côté épicurien qui me dicte cette conduite. Je ne renonce jamais, je ne recule jamais et pourtant je sais par expérience que ça n'a pas toujours été une réussite et qu'il a bien fallut que j'accepte de m'être trompée de route. Aujourd'hui je sais que la route peut ne pas être belle au départ mais réserver de réelles surprises à l'arrivée tout comme l'inverse est vrai aussi. 

Plus j'avance en âge et plus j'ai envie de consommer cette vie que j'avais un peu laissée de côté même si je sais qu'on peut se brûler les ailes. Je garde aussi de la prudence, je freine un peu mais sans jamais cesser d'avancer. J'ai envie de voir le bord du précipice et si précipice il y a. Je n'ai pourtant pas envie de m'y laisser tomber et je sais aussi que je suis suffisamment forte pour ne pas avoir le vertige et ne pas me laisser emporter.

Alors je me dis que là, il n'y a peut-être pas de précipice mais une belle route qui s'ouvre devant moi. les choses apparaîtront d'elles-mêmes mais seulement si je m'en approche prudemment et suffisamment.

... à suivre...