La plus grande peur des gaulois était que le ciel leur tombe sur la tête. Et bien c'est encore vrai aujourd'hui car après plusieurs expériences de ce type (si on peut appeler ça comme ça) j'avoue que moi aussi j'ai très peur à chaque minute.

Le ciel m'est tombé plusieurs fois sur la tête et je peux vous dire que ça fait très mal. Il faut beaucoup de temps pour s'en remettre et je me demande même si l'on s'en remet réellement.

Comment cela fonctionne ?

Vous vous levez un matin, il fait beau, les oiseaux chantent, vous êtes heureux de vivre et c'est dans une gaité non dissimulée que vous passez de la douche à l'habillement puis à la touche finale du maquillage et du coiffage.

Orage_6Sur votre chemin vous croisez des regards, des personnes, vous échangez des bonjours et puis on vous dit trois mots et tout bascule. Le soleil brille encore mais votre regard ne voit que du noir, le coeur palpite, la gorge se serre et vous avez soudain l'impression de marcher sur un nuage. Les voix autour de vous disparaissent dans un bourdonnement inaudible et vous restez plantée là avec ce poids qui vient de s'abattre sur vous et vous empêche tout mouvement, toute pensée intelligible. 
Un, deux ou trois mots prononcés tout simplement, tout bêtement, une nouvelle inattendue, un reproche, un regard qui l'accompagne et voila que le monde s'écroule.  Seul une fente de luminosité au bout vous permet d'avancer, de croiser des regards, de faire comme si... 

Voila pourquoi j'avance dorénavant avec une longue vue. Est-il possible d'anticiper cela, de voir venir, de se préparer ? Dans certains cas, je crois que c'est possible et notamment dans une relation amoureuse ou amicale si l'on ouvre suffisamment les yeux et si on sort de cet aveuglement que produit le sentiment amoureux. Dans d'autres, il est casiment impossible de prévoir le basculement de ce qu'était votre monde.

Alors il ne reste plus qu'une chose à faire, être fort... Est-ce cela être adulte ? Si oui, alors je pense que je le suis...