rencontreLa vie est quelquefois cruelle, cruelle d’avoir créé leur rencontre un soir, dans un bar select en ville. Leurs voix se connaissaient par cœur et leurs regards se sont croisés pour la première fois, dans la pénombre intime de cet endroit.

Il est entré et elle a su, elle a su qu'elle l'aimerai à cet instant précis où ses yeux, la cherchant, se sont posés sur elle et qu'il lui a souri.

La soirée fut courte et longue à la fois. Ils ont beaucoup parlé d'eux, de ce qu'ils étaient, d’où ils venaient, de leurs convictions, de leurs vies. Ils ont bu aussi, un peu, durant ces quelques heures, comme pour se rassurer, se donner du courage, effacer leur timidité. Puis ils ont partagé un repas, et elle savait, au fond d'elle-même, qu'il était celui qu'elle attendait depuis longtemps.

Lorsqu'ils se sont quittés dans ce parking, il lui dit « Je dois rentrer, j’ai une chose importante à faire et je t’appelle après ». Il l’a appelée à minuit et ils ont raccroché au petit jour.

Depuis, sa vie a basculé. Tous ses repères se sont effacés et elle a une femme à reconstruire comme si elle s’apercevait qu’elle n’avait jamais vécu vraiment, qu’elle ne s’était pas construite comme elle aurait dû le faire, qu’elle n’avait pas fait les bons choix. Elle a vécu une vie, sa vie mais n’est pas parvenue à ce qu’elle aurait voulu être.

Pourquoi cette rencontre l'a-t-elle subitement mis devant un ego qu'elle ignorait jusqu’ici ? Pourquoi cette rencontre a-t-elle été aussi déstabilisante ? Face à lui, elle a l’impression d’être une petite fille naïve et inculte, alors qu’avant, elle s’affirmait, elle était confiante dans ce qu'elle était comme si elle avait atteint un but. Ce but s'est éloigné, volatilisé...repoussé plus loin de quelques dizaines d'années. Il est ce qu'elle aurait voulu être et elle réalise qu'elle en est loin.

Leur relation n’a pas évoluée comme elle l’aurait souhaité car il est des chemins que l’on doit prendre quelquefois par obligation, parce qu’un mal immédiat peut devenir un bien demain ou parce qu’on vivrait très mal un bien s’il devait engendrer le mal. La vie est compliquée et elle souffre aujourd’hui de ce choix même si elle sait qu’il était le bon pour lui. Peut-être est-ce le destin qui l'a mis sur sa route pour lui faire prendre conscience qu'elle n’était pas sur la bonne voie, qu’il fallait qu'elle change, qu'elle se regarde enfin, qu'elle sorte de sa léthargie intellectuelle.

Une amitié est née, une amitié qu'elle espère profonde et durable, une amitié qu'elle cultivera toute sa vie s’il le faut, une amitié faite d’amour véritable, parce que c’est lui et parce que c’est elle.

Mais elle ne doit pas attendre ce qui ne sera jamais et elle doit continuer à vivre et à apprendre de la vie, à se réaliser dans ce qu'elle apprend à aimer, dans ce qu'elle veut être pour elle et non pour lui. Etre simplement la femme dont elle serait fière et ce ne sera pas facile. Ce travail-là est sans fin.

Elle le remercie pour ce qu'il lui apporte et de lui avoir ouvert les yeux, bien malgré lui, sur ce chemin qu'il lui reste encore à parcourir.

La vie est cruelle et juste à la fois…ils sont encore trop différents pour que le présent soit le berceau d’une histoire d’amour, mais l’avenir est devant eux avec ses déboires et ses surprises. Elle n’ose pas savoir ce qu’il leur réserve et elle ne veux pas savoir.

«Rien n’imprime si vivement quelque chose à notre souvenance que le désir de l’oublier.»
[ Michel de Montaigne ] 

Alors pourquoi vouloir oublier ce qui ne pourrait l'être  ?