Voici ma participation à la dernière consigne Autourdesmots. Je vous invite nombreux à venir participer.

"Je me trouvais devant mon miroir lorsqu’une sensation bizarre m’envahit soudain. Je cherchais mes mots pour expliquer cela. Je levais les yeux vers mon reflet et y voyais une femme, une belle femme blonde, l’air un peu naïf, un peu hautain aussi, un peu intellectuel lorsqu’elle chausse ses lunettes C.h.a.n.e.l derrière lesquelles se cachent des yeux délicatement maquillés. Mais cette femme n’est qu’un reflet, elle n’est pas moi, ne pourra jamais être moi et ce que je suis au fond… Et tout à coup une lumière m’aveugla, ma tête tournait, tout s’estompait autour de moi comme aspiré par un tourbillon et ce fut le noir, le noir total, fatal ?

Non, tout est blanc autour de moi…Une femme s’approche ressemblant plus à une pétroleuse qu’à une palotte, avec son pétard sur la tête. Mais que m’arrivait-il ? Quelle était donc cette langue qu’utilisait ma pensée. Une palotte ? Ben c’est une infirmière mais je ne le savais pas avant… J’essayais d’ouvrir la bouche et m’adressait à cette femme en blanc : « C’est quand qu’on jaffe dans c’te tôle ? » oupss … je ne trouve plus mes mots comme si quelqu’un m’obligeait à barmailler. Je me sens les quilles en marmelade, il faut que je me rendorme, que la lumière revienne me rendre mon reflet, celui qui est moi. La porte s’ouvre et un toubib fait son apparition. Il porte aux pieds des tatanes en papier de la même couleur que son valseur. C’est quoi ce zig, qu’est-ce qu’il me veut lui aussi ? J’ose pas l’ouvrir vu ce qu’il risque d’en sortir : « ben restez pas près de la lourde, vous attendez qu’elle vous claque le ciboulot en s'refermant ?». Il lève les sourcils en entendant ce qui sort de ma bonbonnière, ce qui lui donne encore plus l’air d’un plouc, le pauvre…

- Comment se porte notre malade aujourd’hui ?

- Elle vivote, chui où là ? Et c’est quoi la raison qui vous pousse à ramener votre barbaque jusqu’à mon lit.. euuuh pardon… docteur ?

- Et bien très chère madame, vous vous être écroulée dans votre salle de bain et votre loufiat, si je puis me permettre cette expression que vous apprécierez probablement, nous a bigophoné. 

- Et ?

- Il nous a cependant précisé qu’avant son arrivée, il semble qu’un homme se soit introduit dans votre bicoque et qu’il ait baluchonné votre intérieur ne laissant qu’un larfouillet complètement vide. Parti avec votre pognon le blanquier ! 

- Ah bon ? Je suis comme un pigeon qui s’est fait plumer, docteur ?  j’ai pris un coup sur la cafetière? C’était donc ça la calbombe qu’a éclairé ma lanterne ?

- Pour sûr, et il vous a pas loupé ce saloupiau. Il semble qu’il vous ait frappé avec un bavard. Tenez, regardez, c’est votre larbin qui nous l’a refilé. Il y a encore votre vermeil sur la couverture.

- Ah ben je comprends tout dans le coffrage de ma boîte à couenneries… et apparemment c’est contagieux, docteur, lui rétorquais-je, derrière une risette … C'était donc ça ? "



La consigne ici