Cette année, la soirée du 24 fut très riche, très animée et ce jusqu'au matin. Pourtant, tout avait très mal commencé.

Le matin du 23, ma mère nous avait invité, mes frères et moi ainsi que mon oncle et ma tante au repas de midi. A 9:00, elle part faire des courses. Au retour, un sac dans chaque main, elle se prend les pieds sur la  marche d'entrée de son immeuble et s'écrase le nez au sol. Elle saigne abondemment. Des voisins, alertés par le bruit, viennent l'aider à monter jusqu'à son appartement, au second. Elle s'éponge le nez, prend deux cachets, et continue à préparer son repas. Vers 10:00 je l'appelle et elle me  raconte sa mésaventure. Je lui propose de l'emmener à l'Hôpital mais rien n'y fait, ses invités doivent arriver. Ils habitent Aix Les Bains et sont probablement déjà en route. Je viens lui donner un coup de main vers 10:30. Son nez a doublé de volume et le contour des yeux commence à prendre  des couleurs pas très catholiques ;-). Il faudra attendre le lendemain pour qu'elle accepte que je l'accompagne aux urgences. Je l'attends longtemps avant qu'on vienne m'annoncer qu'elle sort bientôt et que son nez est cassé... pirouette cacahuète. Il vaut mieux en rire et penser que la chute aurait pu avoir des conséquences bien plus dramatiques comme une fracture du col du fémur ou autre traumatisme bien plus grave. A la sortie des urgences, nous sommes donc allées faire des courses à sa demande. Ma mère ne pert jamais une occasion de profiter d'être en ville.  Elle me dit qu'elle n'ira pas au repas de Noël avec des yeux au beurre noir. C'est n'importe quoi, la voila qui chausse ses lunettes de soleil avec l'idée de ne plus les enlever. Finalement, j'ai réussi à la convaincre qu'avec les lumières tamisées du restaurant personne n'y verrait rien et elle a accepté.

Le soir du 24, nous sommes donc allés au restaurant (plus envie de faire les bonniches ;-)). Il y avait toute ma famille, ma mère avec ses lunettes de soleil Chanel, mes deux frères, mes deux filles, la plus jeune avec son copain et ma belle-soeur qui a un cancer mais qui garde un moral exemplaire (... en notre présence... devrais-je rajouter). Sa mère et sa soeur, ne souhaitant pas passer Noël loin d'elle se sont jointes à nous ainsi que le mari et les deux fils, le plus jeune, avec sa copine. Nous étions donc 14 en tout.

Nous sommes arrivés au restaurant vers 20:30. Le repas était  succulent. Nous avons beaucoup parlé, beaucoup ri aussi. Puis le DJ a organisé un Karaoké de fortune car la lampe du vidéo projecteur avait rendu l'âme la veille. Il posa deux micros sur la table et nous donna la liste des chansons que nous pouvions choisir et que nous chanterions sur la voix du chanteur (Ben vi, sans les paroles ce n'est pas facile). Ca peut paraître un peu "bof" comme soirée mais j'avoue que j'aime bien taquiner. J'ai donc fait le choix pour tout le monde et rendu les tickets au DJ. Chacun aura eu la surprise de ce qu'il devait chanter et finalement toute la table chantait ainsi que les tables d'à côté. Nous avons aussi  dansé jusqu'à 2:00.

Ensuite, nous nous sommes tous rejoints chez mon frère et ma belle-soeur pour la traditionnelle coupe de champagne et la remise des cadeaux. Ma belle-soeur, pleine d'énergie malgré sa maladie et son lourd traitement, faisait la remise des cadeaux, appelant à tour de rôle l'heureux bénéficiaire. Elle avait pris soin de confectionner de petits sachets, avec les fleurs de lavande de son jardin, pour chacun de nous. L'attention était gentille et inattendue. La soirée s'est étirée jusqu'à 4:30 avec beaucoup de bonne humeur. J'avoue que j'ai la chance d'avoir une famille unie et très heureuse malgré les aléas de la vie.

J'ai reçu de mes filles deux entrées pour le one woman show d'Anne Roumanoff. Ma mère s'empressa de dire qu'elle m'accompagnerait. "OK, lui répondis-je, à la seule condition que je n'ai pas trouvé de chéri d'ici le mois d'avril". Cela fit sourire tout le monde et ma mère acquiesça un peu déçue. J'adore  la taquiner aussi. Il faut dire que depuis plus d'un an que je suis célibataire, elle m'accapare un peu...beaucoup. C'est le revers de la médaille ;-).

Le 26, nous nous sommes rendues à l'hôpital une nouvelle fois pour une visite de contrôle. Rien à signaler si ce n'est que le docteur ne fera rien, il ne lui fera pas une belle couture avec du joli fil doré. Seule précaution, ne pas se casser le nez à nouveau... pirouette cacahuète ;-). Pauvre maman, je me suis un peu moqué d'elle mais c'était aussi pour la faire rire et dédramatiser la situation. Nous n'allions tout de même pas pleurer... Elle allait bien, n'avait pas trop mal,  c'est tout ce qui comptait.

Noël a toujours été un moment de joie bien que je ressente toujours le stress d'avant les fêtes.  Le matin de Noël, mes grands-parents étaient chaque année présents et attendaient notre réveil avec impatience. Mon grand-père (l'auteur du  journal)  avait pris soin de cacher partout dans la maison des papillottes. Lorsque nous étions levés et que nous avions ouvert nos cadeaux, il nous demandait de nous mettre à côté de lui. Il faisait alors un geste vers un meuble avec un petit son "magique" ..."tsss tsss"  et mon frère et moi  nous précipitions car nous savions qu'il faisait apparaître des papillottes sous les meubles, dans les tiroirs, derrière les portes. Une  bonne odeur de civet embaûmait la maison mélangée à l'odeur du sapin et des papillottes. Souvenirs merveilleux d'une époque révolue.

J'espère que vous aussi, vous aurez passé un très bon Noël et je vous souhaite de passer une excellente soirée à la veille de la  nouvelle année. Pour ma part, j'ai choisi d'aller au resto avec mes mamies (maman et ses trois copines). Mon frère et ma belle-soeur se joindront à nous (j'en suis très heureuse) et un couple d'amis de ma mère. Je sais d'avance que cette soirée sera des plus agréable et j'espère bien que ma mère enlèvera enfin ses lunettes de soleil ;-).