pare_brise2Vendredi, 17:30, je suis bloquée dans un bouchon à la sortie de la ZI. Impossible de passer, le rond point est complètement encombré. Il fait nuit, il pleut et le chauffage de ma voiture est en panne depuis deux jours. J'essuie de temps en temps le pare-brise car la buée intérieure transforme le paysage en lumières rouges et blanches, larmoyantes et je ne vois absolument rien.  J'espère que j'arriverai à temps pour récupérer mes mamies que je dois emmener au restaurant ce soir.

Une voiture, devant moi, bloque mon accès au rond point. Elle n'a rien à faire ici, puisqu’elle va tout droit. Elle bloque donc toutes les voitures qui doivent prendre le centre du rond-point pour rejoindre l'autoroute. J'ai une envie folle de l'insulter mais je reste calme, attendant qu'elle veuille bien dégager son tas de ferraille... vi vi je suis calme.

Je pense qu'il faut aussi que je refasse le niveau de liquide de refroidissement. Je m'arrêterai à la station sur l'autoroute. Ah voila que le rond point se dégage. J'appuie sur le klaxon avant que l'autre voiture ne s'engage aussi sur le centre du rond-point ; il semble avoir compris et laisse le passage. Je rejoins enfin l'autoroute. Est-ce la fête des lumières à Lyon qui fait qu'autant de monde se trouve en même temps à la même heure à cet endroit, habituellement si calme. Il est 18:00. Bon pas de panique, je ne suis pas en retard.

Je m'arrête comme prévu à la station et achète mon bidon de liquide de refroidissement ainsi que des lingettes pour nettoyer l'intérieur du pare-brise. Il fait froid. Il faut vraiment que je fasse réparer ce chauffage avant de ressembler à un glaçon.

Arrivée dans mon village, je décide de me mettre à l'abri sous les lumières de la station de lavage. Il ne doit y avoir personne car le temps n'engage pas du tout à laver sa voiture. Je stoppe le véhicule sous les néons et tire sur la manette ouvrant le capot. Rien ne se passe. Je tire plus fort, toujours rien. Je décide de rentrer chez moi, peut-être qu'un voisin pourra m'aider mais à cet instant précis, la voiture ne veut plus démarrer et émet un bruit de sirène bizarre. M.... f... ch.... !!!

Je me rappelle qu'il y a un garage non loin et décide d'aller chercher de l'aide. Je remets ma capuche et me dirige dans le noir et sous une pluie battante vers le garage.  Le responsable écoute le récit de mes déboires avec complaisance et me suit jusqu’à mon véhicule à deux minutes de là.  En insérant la clé dans le naiman, je lui explique que ma voiture ne démarre plus et,  miracle, le doux ronronnement du moteur se fait entendre.  Grrr pensais-je devant son sourire un peu surpris et moqueur en même temps.  Je lui explique alors que je ne parviens pas à ouvrir le capot. Il s'approche, tire sur la manette et on entend le doux bruit du capos qui se déverrouille. Je ne sais plus où me mettre mais il me rassure en me disant qu'il faut tirer très fort.

J'essaie de rassembler mes esprits en lui demandant  "Euhh, pourriez-vous me dire où je dois verser le liquide ? Je n'ai jamais ouvert le capot de cette p.... de voiture." Il prend le bidon et rempli le réservoir. Je le remercie chaleureusement et lui demande si je pourrais lui amener ma voiture la semaine prochaine pour le chauffage. Il me dit que ce ne sera pas possible car il a trop de travail. Re Grrrrrr.

Il est 18:30 et je repars enfin. Je serais presque à l'heure pour mes mamies.... mais quel début de soirée mouvementé !

Ce qui me met le plus en rogne c'est que le garagiste, repartant trempé, a dû penser très fort "Encore une blonde !". Y a des jours où je devrais porter une perruque... Tssssssssss