siffre1M. Siffre est un grand expérimentateur des rytmes biologiques.

J'ai toujours été fascinée par ce rythme en me demandant si le mien était bien de 24 heures. J'avais lu, il y a quelques années un bouquin sur les rythmes circadiens et les expériences en la matière, menées sur des rats. Attention, dans ces expériences les rats n'étaient pas maltraités, ils étaient mis dans des conditions particulières et observés.

L'étude de notre rythme circadien pourrait, j'en suis sûre,  répondre à de nombreuses questions concernant notre vie de tous les jours, peut-être même nos mal-être, nos souffrances.

Je ne suis pas une couche-tôt et j'aime dormir, bien que j'aime aussi me lever tôt. C'est paradoxal, je sais, mais en fait j'aime dormir et en même temps je ne voudrais pas trop dormir pour ne par gaspiller du temps. C'est compliqué non ? Maintenant, imaginons que l'on me dise, tu as 48 heures devant toi et tu en fais ce que tu veux, tu les gères à ta guise. Tu demandes au jour de se lever quand tu le souhaites et tu décides de la tombée de la nuit.  Bien sûr, il faudrait un temps d'adaptation pour couler doucement vers ce qui me conviendrait le mieux mais je pense que j'allongerai, et la journée et la nuit. Vivre longtemps et dormir longtemps sans avoir l'impression que tout est hâché.

Bon, j'ai l'impression d'être un peu hâchée aussi ce soir bien que je pourrais encore lire jusqu'à 3 ou 4 heures du matin sans problèmes mais  demain c'est la fête des morts et nous allons les fêter en famille. Il faut donc que je sois à l'heure au repas. Je n'aurais donc pas la liberté de lire jusqu'à point d'heure comme cela m'arrive le WE lorsque mes filles sont de sortie et qu'elles ne rentrent pas avant l'aube. Là, je m'allonge vers 1:00 ou 2:00 du matin et je prends un bouquin. Le silence qui envahit la maison est bienfaisant et je m'y sens bien, j'ai enfin tout mon temps pour vaquer à mes occupations personnelles et à mes reflexions. C'est presque un moment pieux. La porte de ma chambre est fermée, la porte de l'escalier en bas est fermée et le silence règne en maître absolu.

chambreUne petite lampe à la lumière douce n'éclaire que les pages de mon livre qui peut tout aussi bien être un roman (Agata Christie, Stephen King, Mary Higgins Clark..), une biographie de Sartre que je me suis imprimée, un Jorge Luis Borges (merci W), un Michel Onfray (merci W), un article de Sciences et vie ou d'alternative économiques, un article de Bouveresse (mais là j'ai du mal...;-)  ou dernièrement un bouquin sur le mal de dos bien que je ne souffre absolument pas de ce mal, parait-il, du siècle. Tout est bon à dévorrer dans ces moments là et je souffre si ne n'ai rien d'entamé sur ma table de nuit.

Il m'arrive pourtant parfois, lorsque je ne suis pas très en forme, d'être saisie d'une angoisse, une peur incontrolable liée à cette solitude dont je prends conscience. Dans ce cas, le moindre bruit me fait frémir et la maison me paraît immense, comme un chateau hanté. J'entends alors tous les bruits comme si je n'étais qu'une immense oreille, la goutte d'eau qui s'éclate à espace régulier dans le lavabo, les volets en bois qui grincent, les chats qui se disputent en poussant des cris de bébés, le bruit sourd d'un bombardier passant au dessus des Alpes (si, si, ça arrive encore et je reconnais ce bruit depuis le passage de ceux se dirigeant sur la guerre du Golf et qui passaient au dessus de ma tête), et puis il y a eu aussi ce bruit d'un insecte prisonnier quelque part dans ma chambre mais que je n'ai jamais pu localiser avec précision et le bruit de cette souris qui gratte derrière le mûr ou plutôt à l'intérieur du mûr.

statue_002Heureusement, cette sensation de grande solitude et de grande fragilité face à ce qui pourrait arriver est rare, mais lorqu'elle se produit, je me lève et allume  toutes les lumières de la maison ainsi que la télé, jusqu'à ce que je retrouve mon calme.  Voila ce que c'est que d'être une femme, seule dans une grande maison. Finalement, dans ces cas là, avoir un homme à ses côtés est bien utile mais il m'empêcherait de lire jusqu'à point d'heure. La  Dame Verte, posée sur ma tête de lit veille sur moi, même si je ne suis pas croyante. Il s'en dégage une chaleur et un calme rassurant.

Mais comme d'habitude je m'égare... ;-)

Bon, là j'ai tout faux sur mon rythme circadien mais ce n'est pas grave, demain je ne me lève pas aux aurores et de plus je suis invitée...