Deux_jeunes_filles_dans_un_pr_Je me pose la question aujourd'hui du pourquoi de ce journal. Faut-il que je le continue ? Faut-il que je laisse s'inscrire ici mes états d'âmes, mes idées, mes délires, mes amours, mes souffrances, mes angoisses, mes joies aussi, tout cela dans un désordre un peu voulu. En fait, depuis le début j'ai l'intime conviction que ce journal est destiné à mes filles, mes seules vraies amours.

Le fait d'avoir reçu en cadeau le journal de mon grand-père, dans tout ce qu'il avait de réel et d'irréel à la fois, le fait d'avoir pu entrer dans sa vie alors que je n'étais pas née, d'avoir été la spectatrice de sa jeunesse, de ses souffrances, de ses galères a été pour moi un cadeau inestimable. J'ai fait à cet instant la connaissance d'un homme qui malheureusement nous a quitté lorsque j'avais 18 ans. Il ne m'avait jamais parlé de sa vie et c'est ce journal qui m'a révélé qui il était, comment il s'est construit, comment il a vécu. C'est ce qui m'a donné envie de me raconter un peu aussi à travers ces quelques messages posés sur ce blog bien que ma vie soit nettement moins passionnante que ne l'a été la sienne.

Je ne suis pas expensive, ouverte,  démonstrative et le fait de me confier ici est quelquefois un véritable défit que je me lance à moi-même. Il m'arrive de me dire, arrête ces bétises de gamine, écrire un blog... c'est digne d'une adolescente et tu n'en est plus une sauf attardée peut-être ;-). Mais a bien y réfléchir, j'utilise des moyens modernes mis à ma dispostion pour me dévoiler un peu. Je ne me suis jamais rien interdit face à ce qu'on pourrait dire ou penser de moi. "L'interdiction de faire ou dire parce que les gens pourraient penser que..." a tellement été la base de mon éduction qu'aujourd'hui je m'interdis de m'interdir pour me libérer de ce poids qui a fait de moi durant de longues années, une personne timide, un peu introvertie, sans aucune confiance en elle, doutant toujours de ce qu'il faut dire ou faire. Aujourd'hui j'ai réussi à réduire ces traits de ma personnalité, je suis plus forte, plus sûre de moi et il était temps...   

Tout n'est pas dit dans ce journal, tout n'est pas expliqué bien que ce document soit inconnu de mes relations intimes ou familiales. Une seule personne de mon entourage sait qui je suis. Une personne qui n'est pas forcément en accord avec ce principe des blogs. Blogger ce n'est pas mon truc non plus et pourtant j'y trouve du plaisir. Je ne sais pas si cela durera, si j'aurais encore du temps à consacrer à ces écrits, si j'aurais l'envie de continuer tout simplement. Parce que je suis une passionnée, une curieuse de nature, je me jette à fond sur ce qui me passionne au point de faire quelquefois une overdose qui me stoppe nette dans mes élans. J'ai la sensation que ce blocage est présent quelquefois. Il m'est arrivé de m'approcher de la touche "supprimer ce blog" sans oser cliquer vraiment.

Ce journal n'a pas toujours été ouvert. Il est resté dans l'ombre, dans mon ombre durant des mois sans que personne ne lise ou ne commente. J'ai écrit beaucoup et tout n'est pas publié. Beaucoup de messages sont en "brouillon" parce que je n'avais pas envie de les éditer, parce qu'ils me concernent intimement.

Un jour mes filles auront accès à ce journal, je ne sais pas quand, ni pourquoi mais je sais qu'elles le liront. Elles sont tout ce qui compte aujourd'hui pour moi et je sais que sans elles ma vie n'aurait eu aucun sens. Alors si je suis là aujourd'hui, c'est bien grâce à elles parce qu'elles étaient là au moment où j'en avais le plus besoin, parce qu'elles ont été mon moteur durant toutes ces années, parce que certains WE de solitude, ma vie reprenait un sens le dimanche soir lorsqu'elles rentraient de chez leur père, avec un grand sourire, avec le bruit, avec la vie qui reprenait dans la maison simplement par leur présence à mes côtés. Sans elles, je ne serais probablement plus là, ce dimanche où dans une route de montagne, l'idée m'a traversée l'esprit de fermer les yeux. Mais elles m'ont rattachées à ma vie...parce que j'avais un devoir de mère à assumer. 

Les enfants sont pour moi le sens même d'une vie. Je les remercie de m'avoir donné autant de joies même si la vie n'a pas été facile tous les jours. C'est la vie...