taxi2Aujourd'hui était un jour dédié à mes mamies. Il y avait donc Maminou (ma môman), Marie et Wanda (ses amies), mes trois mamies préférées. Elles m'ont demandé gentiment de les emmener au casino d'Uriage histoire de changer un peu du Casino d'Allevard. Bé oui... parait qu'il y a des machines à 10 centimes... elles pourront jouer plus longtemps. Me voila donc partie ce matin avec mon chargement vers Uriage, à une vingtaine de kilomètres de chez moi.

Elles sont toutes heureuses de cette petite sortie matinale et n'arrêtent pas de causer dans la voiture. Nous arrivons au Casino. Je gare le véhicule un peu loin, histoire de les faire marcher un peu ;-). Ma mère et moi montons les escaliers devant Marie et Wanda, qui avec leurs petites jambes, marchent plus lentement. C'est alors que j'entends un cri strident, je me retourne juste pour voir ma Wanda débarouler les escaliers jusqu'en bas. Mon sang ne fait qu'un tour et je reviens en courant sur mes pas. Elle est allongée parterre de tout son long. Le surveillant se précipite aussi. Nous sommes tous autour d'elle, lui demandant comment elle se sent. Ca a l'air d'aller. Je lui dis de ne pas se relever encore. Le surveillant et moi nous assurons qu'elle n'a rien de cassé. Les mains bougent, les doigts bougent, les pieds bougent et les jambes aussi. Elle a une petite plaie au creux de la main mais cela semble être le seul souci. Nous la relevons doucement et lui demandons si elle n'a pas le tournis. Apparemment, elle s'assure que ses deux jambes vont bien. Je lui propose de la ramener, on ira au Cas' une autre fois. Mais non ! me répond-elle, je vais bien. Le surveillant nous propose d'entrer et de nous offrir une boisson au bar. Nous prenons chacun Wanda par un bras et l'asseyons sur une chaise. Elle a le sourire et se fout d'elle. Elle demande au surveillant s'il a vu sa petite culotte, celle avec une ficelle... Il est plié de rire et répond que non, vu qu'elle est en pantalon...Dommage, répond-elle en riant, elle est super belle ;-)). Pffffffff j'vous jure. Je ne me suis pas encore remise et je tremble un peu alors qu'elle s'esclaffe devant ses bêtises. La serveuse nous amène gentiment café et croissants et nous prenons notre petit déjeuner à l'oeil pendant que le surveillant soigne la main de Wanda. Elle se retrouve avec un beau pansement et demande pourquoi il n'y a pas écrit en lettres d'or "Casino d'Uriage" dessus. Je suis pliée de rire. Je lui demande quand même si elle est sûre que tout va bien. Nous regardons ses genoux pour voir s'il n'y a pas une autre plaie à panser mais rien. Ma mère lui souffle gentiment avec son tact habituel "heureusement que tu es un peu enrobée, sinon tu te serais sûrement cassé quelque chose". Et nous voilà reparties à rire.

2 heures plus tard et 20 euros en moins pour moi (elles, ont récupéré leur mise) nous sortons du Casino. Ma mère propose d'aller boire un verre dans le bar où travaille ma blondinette. Je l'appelle, elle ne prend le travail qu'à 14 heures c'est à dire dans une heure. Je leur demande où elles veulent aller. Elles se concertent et me réponde en riant "Et si on allait au Casino d'Allevard" ? Oupsssssss elles veulent écumer tous les casinos de la région on dirait. Je leur dit OK, d'autant que Wanda, notre blessée, a l'air d'en avoir très envie.

Nous voila donc reparties. 30 minutes plus tard nous arrivons à Allevard. Elles ont papoté comme des folles dans la voiture. "Heureusement que tu ne t'es pas fait mal... on aurait du appeler les pompiers... peut-être qu'on aurait fini la journée aux urgences... et patati et patata...".

Tout se passa bien dans les escaliers de l'autre casino. J'ai encore perdu 10 euros grrrrrrrr. Je me dis que si l'une d'elle gagne un peu, elle va peut-être me payer l'essence ;-) mais là aussi c'est le bide. Enfin, elles ont l'air de s'amuser. Elles repartent à nouveau avec leur mise et quelques euros en plus mais rien de génial.

Ma mère veut faire des courses. Sur la route, en descendant (Allevard est niché au creux de Belledonne) elles continuent de papoter. Elle reparle de l'histoire du slip qui les avait fait beaucoup rire et Marie se rappelle d'une amie à elle qui lors d'un bal, s'est retrouvée avec la culotte sur les chaussures en dansant avec un prince charmant ;-))). Elles se racontaient alors que pendant la guerre, elles se confectionnaient leurs culottes avec ce qu'elles trouvaient, coton perlé ou autre bout de tissu. Les élastiques lâchaient quelquefois car ce n’était pas de la super qualité... J'étais à nouveau pliée de rire à les entendre me conter leurs aventures et j'avais presque honte d'acheter mes slips tout faits ;-).

Je dépose les mamies devant chez elles, demande à nouveau à Wanda si tout va bien  et repars faire les courses avec Maminou. Elle râle un peu comme toujours dans le supermarché qui a été dévalisé le matin... "Y a plus de poireaux, et le seul qui reste est pas beau". Les courses terminées, je monte ses deux étages, avec deux sacs de 10 kg chacun dans chaque main. Elle me demande de regarder pourquoi elle n'arrive plus à envoyer de messages avec Outlook. Je vérifie et apparemment tout va bien. J'en profite pour envoyer son mail à toute la famille afin qu'elle en reçoive des tonnes en retour. Elle me demande de lui installer un casino virtuel, "comme celui que tu as sur ton micro" en démo. Je m'exécute, lui explique le fonctionnement et la voila qui continue à jouer sur les machines à sous mais cette fois en virtuel et pour de faux ;-))).

Quelle journée mazette ! J’ai frôlé l'ataxie mentale ;-))))))))