Petit poême sans prétention que j'avais écrit pour ma brunette, il y a déjà quelques années (22) 

CACD4D25Ma fille, mon bébé                 

Il y a à peine quelques instants
Je n'étais pas encore maman
Et j'étais loin d'imaginer
Ce qu'était un petit bébé

images1J'ai pourtant lu tous les bouquins
Evoquant ce moment divin
Qu'était la naissance d'un enfant
Et le bonheur de ses parents

 

Je ne pourrais jamais décrire
Les sentiments qui m'envahirent
Lorsqu'après d'éprouvants efforts
Je vis enfin ce petit corps

imagesL'accalmie après la tempête
L'arc en ciel était dans ma tête
Le rayon de soleil qui m'a réchauffée
Alors qu'auparavant je grelottais

Elle est là, tout contre moi
Et mon coeur frissonne de joie
En s'ouvrant pour la laisser entrer
Et la garder à tout jamais

Et quelques années plus tard...ma vie de femme n'était pas à la fête et mon écriture s'en ressentait. La vallée où je vis est toujours magnifique, ma vie, elle, l'était moins...

CA4FOHE5

Vie de femme

   

   

BR_R4133La vie tranquille, la vie paisible
D'une écolière de la vallée
Enfermée dans ses rêves sensibles
A l'amour, à l'éternité

Le monde autour est amitié
La famille c'est amour, toujours
Ses yeux rayonnent de gaité
Son bonheur, la lumière du jour

La liberté est dans sa tête
De penser, d'imaginer
Que tout ce qui peut être fête
Devienne un jour réalité

CA3NFJKJLa vie tranquille, la vie paisible
D'une femme de la vallée
Posée doucement sur la cible
Que Cupidon a dressée

Le monde autour s'est animé
L'amour l'a gagnée pour toujours
Ses yeux brillent à la pensée
D'une nuit donnée sans détour

La liberté est dans sa tête
De penser, d'imaginer
Que c'est peut-être là la fête
Devenue soudain réalité

CAO125SPLa vie tranquille, la vie paisible
D'une mère de la vallée
Face au souffle pénible
Eprouvant sa fragilité

Le monde autour est mouvementé
La famille c'est travail, toujours
Ses yeux fatiguent de veiller
Ouverts dès les lueurs du jour

La liberté est dans sa tête
De penser, d'imaginer
Qu'elle aimerait être à la fête
Mais, ce n'est plus réalité

CAG5W5MPLa vie tranquille, la vie paisible
D'une vieille de la vallée
Pour qui marcher devient possible
Avec une canne à ses côtés

Le monde autour est désolé
Fenêtre, fauteuil, son seul parcourt
Ses yeux se ferment fatigués
Oubliant les heures pour toujours

La liberté était dans sa tête
De penser d'imaginer
Que tout aurait pu être fête
Très loin de la réalité