Comme Pierre, je me sens terriblement ignare, bien que je ne lui arrive pas à la cheville en matière d'expression écrite. Mais il n'est jamais trop tard pour bien faire. Une vie professionnelle chargée, un BTS passé à 42 ans, une vie de famille bouleversée par un divorce alors que mes filles avaient 7 et 9 ans, ne m'ont pas permis d'assouvir un besoin de culture lattant. Je me nourrissais de ci, de là, de bric et de broc mais rien de très enrichissant pour mon esprit. Je souffre terriblement aujourd'hui de ce vide et je me sens quelquefois nulle, il faut le dire, à la lecture de certains blogs dont les références à des auteurs, compositeurs, écrivains, livres... dont je ne connais même pas l'existence me font réaliser à quel point je suis nunuche... Pour couronner le tout, je n'ai pas de mémoire, enfin, pas de mémoire immédiate. Il m'arrive de regarder la couverture du livre que j'ai lu jusqu'à la moitié car j'ai soudainement oublié le titre ou le nom de l'auteur. Je m'en veux terriblement à cet instant...

Pour en venir à mes devoirs de vacances, j'ai décidé de lire le livre que m'a offert W (il me manque mais j'espère avoir très bientôt de ses nouvelles à son retour de vacances) pour mon anniversaire, Traité d'Athéologie de Michel Onfray. Surprise, je me plonge à fond dans le livre dans les brefs moments que me laissent mes vacances bien remplies. J'ai apprécié sa manière très simple et à ma portée d'aborder le problème des religions et le la non-religion. Je l'ai terminé en ayant l'impression que l'auteur m'a expliqué le ressenti que j'avais déjà sur le sujet. Apprendre à vivre après la religion, sans elle, sans toutes les traces qu'elle nous a laissées quelle qu'elle soit, que l'on soit croyant ou athée.

Au début de son livre il nous parle d'Abduramane, son chauffeur qui l'emmenait voir les bibliothèques islamiques à l'est de Chinguetti. Abdou venait d'écraser un chacal sur la route.

Extrait 1 : "Que cet aspirant bienheureux partage la même religion que les pilotes du 11 septembre peut paraître singulier ! L'un porte le poids d'un chacal malencontreusement expédié au cynosarge ; les autres jouissent d'avoir anéanti un maximum d'innocents. Le premier pense que le Paradis lui sera difficile d'accès pour avoir transformé en charogne un charognard ; les seconds imaginent que la béatitude leur revient de fait pour avoir réduit en poussière la vie de milliers d'individus - dont des musulmans... Le même livre justifie pourtant ces deux hommes évoluant chacun aux antipodes de l'humanité : l'un tend vers la sainteté, les autres réalisent  la barbarie."

Extrait 2 : "Moïse, Paul de Tarse, Constantine, Mahomet, au nom de Yahvé, Dieu, Jésus et Allah, leurs fictions utiles, s'activent à gérer des forces sombres qui les envahissent, les travaillent et les tourmentent. En projetant leurs noirceurs sur le monde, ils l'obscurcissent plus encore et ne se déchargent  d'aucune peine.  L'empire pathologique de la pulsion de mort ne se soigne pas avec un épandage chaotique et magique, mais par un travail philosophique sur soi. Une introspection bien menée obtient le recul des songes et des délires dont se nourrissent les dieux. L'athéisme n'est pas une thérapie mais une santé mentale recouvrée."

J'ai appris beaucoup des religions dans ce livre, toutes les religions. Il y parle également de la condition féminine, de la misogynie engendrée par la religion, de tous ces grands philosophes tués dans l'oeuf, eux et leurs écrits parce qu'ils n'étaient pas chrétiens ou Juifs ou musulmans et parcequ'ils osaient mettre en doute la parole des livres saints. J'ai même lu certains passages à ma mère qui est croyante, catholique non pratiquante. Non pas pour qu'elle devienne athée, là n'est pas la question fondamentale, mais pour l'amener à réfléchir sur ce que viennent lui raconter des amies témoins de Jehovah qui  lui rendent visite certains après-midi en essayant de la convaincre, en lisant et interprétant des passages de la bible,  que c'est là le meilleur choix qu'elle pourrait faire pour une vie éternelle...(mais sans mon père et sans ses enfants, athées ou agnostiques...).

La peur de la mort et de l'après-mort est la première source de croyances. Personnellement je n'ai pas peur de la mort, elle sera pour moi ce qu'elle était avant ma naissance et dont je ne garde aucun souvenir, là où j'étais lorsque Louis XIV reignait au milieu de sa cour et lorsque La Fontaine écrivait ses fables ;-).

J'ai terminé le livre et suis passé à "Rêves et cauchemars" de Stephen King ...petite récré bien méritée ;-).

Après tout, l'important est de lire...et j'essaie d'intéresser mes filles mais la tâche est rude. A me voir plongée de longs moments dans mes bouquins, il semble qu'elles aient envie de faire de même. Il ne sert à rien de dire à ses enfants ce qu'ils doivent faire car il passent leur temps à nous imiter. Alors je lis pour qu'elles m'imitent... Enfin, je l'espère pour elles, pour qu'elles ne ressentent pas ce que je ressens aujourd'hui de mon ignardise.

Je suis également consciente de la naïveté qui peut parfois se dégager de mon blog mais dans quelques années je ferais la mesure de mes progrès, si progrès il y a ...et si je suis encore là.

Après tout, l'intéressant n'est pas d'atteindre le haut de la montagne, mais de la gravir.