Ah quelle journée mes aïeux... j'ai dit aïeux... nan je voulais dire mamies.

Aujourd'hui était un grand jour pour mes mamies. Je dis "mes" mamies car elles sont au nombre de 4. Ma mère et 3 de ses copines. Je suis leurs yeux lorsqu'elles ne voient pas, leurs jambes lorsqu'elles sont fatiguées et leur bras lorsqu'il faut porter les bagages comme aujourd'hui.

Donc ce matin, lever à 5:30. Je dois passer les prendre chacune à leur domicile entre 6:30 et 7:00. Nous partons toutes les 4, bagages dans le coffre, en direction de l'aéroport Saint Exupéry à Lyon d'où elles doivent décoller pour Monastir où elles comptent passer quinze jours de farniente. Nous arrivons à l'aéroport vers 8:00. Je cherche désespéremment une place pas trop loin des terminaux mais peine perdue, tout est plein. Je me retrouve à l'autre bout du parking. Je cherche un chariot et me voilà repartie à l'autre bout du parking. Je reviens vers les mamies qui m'attendaient sagement. Je sors les valises du coffre et m'aperçoit que l'une d'elle est mal fermée. Germaine, sa propriétaire, me dit qu'elle a bataillée tout le matin avec sa fille pour essayer en vain de la fermer. Découragées, elles ont mis une sangle autour. Je lui ai dit qu'il était impossible qu'elle parte comme ça et que la valise allait s'ouvrir à la première manipulation. Me voilà, accroupie sur le parking, à me battre avec cette maudite valise. Finalement je trouve l'astuce...il faut quelquefois avoir fait les mines pour fermer une valise...Le regard de ma Germaine s'illumine, en fait elle était beaucoup plus inquiète qu'elle ne le laissait paraître et elle me remercia mille fois d'avoir fermé cette maudite valise.

Me voilà partie, chariot en main, vers les terminaux, les trois mamies derrière moi. Je les oblige un peu à presser le pas, il faut qu'elles gardent la forme et puis on est pas là pour se balader. Les pauvres approchent toutes les 80 ans. Nous arrivons à l'ascenseur. Je demande à ma mère de me donner le papier indiquant le lieu de rencontre. "En face de l'information, allée Ouest". Manque de bol, nous arrivons allée Nord et les points cardinaux et moi, ça fait deux. Bon, ne pas leur montrer que je ne sais pas trop où aller. Je regarde partout et finalement aperçoit une petite flèche indiquant l'allée. Je repars et les trois mamies me suivent. Ma mère ne manque pas d'émettre un doute sur mes compétences...comme d'hab ;). Nous trouvons l'endroit du rendez-vous. Je leur dis "voilà c'est ici"...Ma mère : Tu es sûre ? Attend je vais demander..."comme tu veux" ;-)

J'attends avec elles que le stand ouvre et les laisse donner leurs papiers pendant que je garde les valises. Nous partons ensuite vers le guichet d'embarquement des bagages. Là je dépose les valises et repars poser le chariot devenu encombrant. On leur donne un papier à remplir pour la douane...je me dévoue pour le faire car là aussi, il semblait que c'était difficile pour elles. Sur le comptoir où je m'étais "posée" pour écrire, je trouve une carte d'identité et une étiquette de bagage, apparemment une autre mamie qui allait au même endroit que les miennes. Je me rends à nouveau au stand information pour donner la carte. La personne me répond tout naturellement que "les objets trouvés c'est à côté". Non mais n'importe quoi ! Je lui demande de faire un appel car la personne est dans l'aéroport puisqu'elle doit embarquer dans quelques minutes... elle me dit OK et fait l'appel au micro. Je repars vers mes mamies qui m'attendent sagement ne sachant pas où se trouve la zone de transit 12B. Je fais celle qui sait, car j'avais pris soin de repérer l'endroit pendant qu'elles enregistraient les bagages. Je les accompagne jusqu'à la porte et je fais un gros bisous à mes trois mamies en leur souhaitant un bon séjour. Elles m'ont remerciée mille fois d'être restée avec elles jusqu'au bout alors que je devais reprendre mon travail vers 10H, et il était déjà 10 Heures.

Je retourne au parking, en prenant soin de repasser par le stand information, l'hôtesse m'adresse un hochement de tête en souriant, la carte a été retrouvée. Je récupère ma voiture et reprend la route ou plutôt l'autoroute pour revenir sur Grenoble. Là un nombre incroyable de camions roulent de tous côté. Je roule, tranquille, écoutant la radio. Le temps passe et je me retrouve face à un tunnel. Je me dis, tient ! ils ont eu le temps de construire un tunnel pendant que j'étais à l'aéroport ? Pfffffffff je me suis trompée de direction et j'ai loupé la bretelle pour Grenoble. Quelle conne !!! mais avec tous ces camions ça ne m'étonne pas que j'ai pas vu les panneaux. En plus j'étais plongée dans mes pensées. Je me retrouve donc face à un autre tunnel et un bouchon. La radio annonce 6 Km de bouchon et 55 minutes d'attente...le top...Je commence à "fumer" et je me dis que ça ne sert à rien. Je prends mon mal en patience et j'arrive donc à Chambéry 1:30 après avoir quitté l'aéroport et il me reste encore 40 Km à faire pour arriver chez moi. Une demi heure après, je passe chez mon commerçant préféré pour acheter deux salades poulet et thon et du pain. Je partage rapidement le repas avec mes filles et me voilà repartie vers le bureau 20 km plus loin.

J'arrive au bureau et là c'est un foutoir innommable. Nous déménageons dans un autre bureau quelques mètres plus loin. Mais quelques mètres ou 300 mètres c'est pareil lorsqu'il faut trimbaler tous ses dossiers. En plus la clim ne fonctionne pas dans le nouveau bureau et c'est une étuve. Nous appelons le service maintenance qui arrive une heure plus tard. Ouf, ça va mieux. La clim est réparée mais la disposition des meubles ne me plaît pas. Je profite un peu de mes attribution de responsable pour donner mon avis et demander à ce que les meubles soient changés de place. Finalement ma proposition plaît bien à mes deux acolytes et me voilà dans la peau du déménageur à vider, tirer, pousser les meubles. Vers 15 heures nous sommes finalement installés, la clim fonctionne bien maintenant et je peux commencer à bosser ;-).

Dure journée...qui se terminera par un appéro sympa chez une amie. Je pense à mes mamies qui doivent s'intaller dans leur hôtel. Elles doivent se demander comment s'organiser pour les chambres...qui ronfle le plus ? ;-)))). Leurs tracasseries habituelles dont elles sont capables de parler pendant des heures ;-))). Mais je les aime comme elles sont et elles me le rendent bien. Je les trimballes partout, au resto, en ville ou au casino pour leur rendez-vous hebdomadaire favori...Bienvenue chez TaxiMamies ;-)))