Un hôtel *** avec piscine intérieure, jacuzzi, hammam et sauna, il ne m'en fallait pas moins pour nettoyer toute la fatigue accumulée ces derniers temps. Aix Les Bains, ville d'eaux, ville tranquille par excellence où la vie se passe sur les terrasses des cafés en ville ou sur les bords du lac. Ces quelques jours avec ma fille aînée m'ont fait le plus grand bien. Nous avons profité de ces moments à nous deux pour discuter de nos préoccupations.

Elle, de sa déception avec JC dont elle m'avait dit le plus grand bien et qui s'avère être très égoïste. En fait il s'agit du père de cet enfant qui ne verra jamais le jour, ce "père" absent lorsque ma fille a passé le plus mauvais moment de sa vie, moment qui risque de rester longtemps gravé dans son esprit. Un seul SMS de ma fille a suffit à rompre leur relation. Elle sait que ce "garçon" (il a 24 ans mais je n'appellerais pas cela un homme) n'aurait pas fait son bonheur mais elle en parle quand même très souvent et je ressens une vive déception dans ses propos. Elle ne le comprends pas et s'interroge...

Moi, de mes déceptions successives depuis mon divorce et de mon amour pour un homme que je n'aurais jamais mais qui est toujours présent à mon esprit quoi que je fasse.

Finalement, nous avons passés de bons moments et en y réfléchissant nous n'imaginions pas ce que des hommes auraient pu nous apporter de plus ;-).

Mais le retour à la réalité fut très rapide. J'ai acheté le cadeau de maman que nous allons partager avec mes deux frères. Je suis donc passée les voir aujourd'hui pour leur montrer avant que nous l'offrions demain à maman, un magnifique bracelet en or dont elle m'avait parlé il y a quelques mois.

Lors de mon arrivée chez mon frère aîné, sa femme, atteinte d'un cancer, se reposait après une chimio difficile. Il semblait très heureux de me voir. Nous avons partagé un vin de griotte qu'il avait confectionné et devant mon insistance, ma belle soeur est venue nous rejoindre. Je l'ai trouvée très pâle et fatiguée. Je cachais mon désarroi sous une pluie de paroles. Je racontais notre petite escapade dans la ville d'eaux. Ils me demandent de rester souper avec eux ce que j'accepte volontiers. Il n'y avait plus de pain, qu'à cela ne tienne, je demande à ma belle soeur si elle m'autorise à leur confectionner une petite galette de farine comme au bon vieux temps dans les familles pauvres et je me mets à la tâche. J'essaie de mettre un peu de mouvement dans cet endroit et surtout de la faire sourire. Elle me confie qu'elle est fatiguée mais que c'est surtout le moral qui en a pris un coup lorsque son médecin lui a dit qu'il fallait encore changer de chimio et qu'il allait en "essayer" une nouvelle. "Tu te rends compte, il essaye ! Ça veut dire qu'il n'est même pas sûr que cela va fonctionner" m'a t'elle dit, les larmes aux yeux. J'avais du mal à contenir ma tristesse mais je lui ai dit de ne surtout pas baisser les bras. Le moral est très important et il ne faut pas qu'elle le perde. Finalement elle a passée la soirée avec nous et je suis heureuse d'avoir pu lui apporter un peu de fantaisie. Elle a séché ses larmes et retrouvé un peu le moral...mais pour combien de temps. Je suis très inquiète car elle m'a également confié que ses "marqueurs" n'étaient pas bons et ne faisaient que monter... Que faire ????? Que dire ???? Je ne sais pas, je me sens impuissante. Vivre au présent avec elle, voilà tout ce qu'il nous reste avec l'espoir que ce présent durera encore longtemps...

Que sont nos petits problèmes à ma fille et à moi à côté de cet équilibre fragile dans lequel vit ma belle soeur ? Voilà une leçon de vie qui ramène vite à la réalité...