Le lundi au bureau est souvent pour moi, dans cette période trouble de ma vie, un grand soulagement, comme les autres jours de la semaine d'ailleurs. L'occasion de me plonger dans mon travail et de ne plus penser.

J'ai souvent l'impression que les femmes, habituées à gérer mille choses à la fois aussi bien physiquement que mentalement, ont du mal, quoi qu'elles fassent à oublier et à zapper ce qui les perturbent alors que les hommes, concentrés sur leur tâche, semblent plus facilement passer à autre chose.

J'ai passé une bonne journée. La moitié en réunion et le reste sur une base Accès à essayer de reconstituer le chiffre d'affaires 2005 de deux énormes multinationales. 600 000 lignes à renseigner, à trier, à "tableaudynamiser" sur excel et c'est une pure satisfaction lorsqu'on arrive au résultat attendu. Et oui ! on a beau avoir des outils de dernier moulage, les informaticiens n'étant pas toujours des comptables avisés, ils ne prévoient pas tout.

Une autre partie de la journée fut passée à écouter les problèmes de l'épouse d'un homme de mon équipe. Elle est passée pour me dire qu'il serait absent ce matin pour cause de problèmes cardiaque qu'il ne veut pas soigner et aussi pour vider un peu son sac. Il veut divorcer .... difficile de dire quoi que ce soit. Je suis entre les deux et je ne veux surtout pas prendre partie de l'un par rapport à l'autre. D'autant que cet homme est charmant et fait du bon boulot. On ne devrait pas laisser les couples travailler dans la même Direction même si celle-ci est composée d'une centaine de personnes. Elle me dit que les filles qui travaillent à côté et l'une d'elle en particulier, lui aurait tourné la tête. Que dire...je ne surveille pas les allées et venue des personnes avec qui je travaille et si complicités il y a entre certains, cela ne me concerne surtout pas. C'est donc avec des "ça me surprend ce que tu me dis" et des "faut que tu sois forte" et "la vie de célibataire à aussi du bon, tu sais" que j'essayais de répondre à ses questions.

De retour à la maison le soir, ce sont les retrouvailles avec un chat de malheur et un chien hyper affectueux qui ne me laisse pas une seconde de répis. L'une de mes filles, Stéphanie,  prend sa douche...il est jamais trop tard pour bien faire. Quelques lettres traînent sur la table, des factures et la banque. Toujours le même scénario qui recommence chaque fin de mois et voilà que le moral redescent à 0.

Je regarde mes mails en espérant avoir quelques conneries à lire, il y en a quelques unes qui me font sourire mais pas pour longtemps. Je zappe sur la télé et je vois une femme en larmes parcequ'elle a gagné 6000 euros à un jeu de boîte à ouvrir, le top. Si on m'annonçait que j'ai gagné 3000 euros, je serais probablement la plus heureuse. Mais apparemment, ce jeu fait perdre toute la vraie valeur de l'argent aux participants qui espèrent tous partir avec 500 000 Euros...ou plutôt la moitié, puisqu'ils doivent partager avec un téléspectateur.

Le téléphone sonne ... c'est Ambre qui m'appelle de Nante. C'est la fille de mon ex dont je me suis séparée depuis un an, qui vient prendre des nouvelles. En fait elle m'annonce qu'elle vient de quitter le patron chez qui elle était en apprentissage parceque je cite " c'est un con et sa femme aussi...ils m'exploitent". Elle a bientôt 17 ans mais nous avons gardé d'excellentes relations d'autant qu'elle n'a jamais compris comment une femme comme moi pouvait trouver un interêt quelconque à son père... incroyable non ? Depuis notre séparation elle nous appelle régulièrement et incendie son père à chaque fois parcequ'il n'a pas su me garder...Ils sont drôles les jeunes de nos jours... Enfin, le problème c'est qu'elle se retrouve sans rien jusqu'en janvier l'année prochaine où elle veut passer le concourt d'éducateur. Je lui conseille d'acheter des bouquins et de lire pour occuper ce temps libre d'autant que côté orthographe elle est vraiment nulle et fait une faute à chaque mot. Elle me dit qu'elle va suivre mon conseil et voir ce qu'elle peut faire. Je lui passe Stéphanie, ma fille ainée, qu'elle adore afin qu'elle lui raconte ses derniers potins amoureux ;-).

Je retourne devant la télé pour voir la météo mais là aussi, je ne saurais jamais le temps qu'il fera demain... Il me semble aperçevoir, dans la pénombre de la pièce, l'ombre d' Icetea qui saute discrètement sur la table à repasser où je viens de déposer le linge sorti du sèche-linge et plié afin que les filles récupèrent leurs affaires. Je me lève d'un bon, mais trop tard, le linge a été marqué de son empreinte. Le chat a pris la rouste de sa vie car j'ai réussi à le prendre sur le fait. Mais je ne suis pas sûre qu'il ait réellement compris la démarche. Il est parti se cacher, je ne sais où, dommage, je l'aurais bien enfermé dans la caisse contenant sa litière. Pfffffffffff je suis dégoûtée car tout le linge est à relaver une nouvelle fois.

Il est presque 22 heures et je suis vanée. Je vais m'allonger tranquille dans mon lit avec un bouquin de Stephen King, Bazaar, qui va peut-être me permettre de me délasser un peu.

.......